masquer
Dents de la mer

Requin : vérité et astuces en cas d'attaque

Le 08/08/2012 à 19:45:02
Vues : 9446 fois JE REAGIS

Le requin est l'un des animaux les plus redoutés et pourtant, il est loin de faire autant de victimes que certains animaux moins impressionnants ! Mais on s'est dit qu'il fallait tout de même vous donner quelques astuces pour survivre à une attaque de squale... Juste au cas où!

Les dents de la mer sont encore dans toutes les mémoires et continuent de traumatiser beaucoup de baigneurs, surtout ces derniers temps, avec la récidive d’attaques de requins à la Réunion. Pourtant, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, le requin n’est pas l’animal dont il faut le plus se méfier, loin de là ! Il est largement devancé par les éléphants ou encore les méduses, qui font bien plus de victimes chaque année.

Les requins tuent 10 personnes par an, les méduses 100

L’International Shark Attack File tient à rétablir la vérité quant au mythe qui s’est installé autour des requins. L’organisation affirme que, selon les statistiques, sur les centaines d’attaques de requins recensées chaque année, « seulement » dix personnes décèdent des suites de leurs blessures ou sur le coup. Certes, ce chiffre est déjà trop élevé, mais il est bien en-deçà des victimes des… méduses !

Si cet animal dégoûte plus qu’il n’effraie et que sa piqûre peut être soulagée par de l’eau chaude (ou du pipi, c’est au choix !), la méduse tue pourtant dix fois plus que le requin. Environ cent personnes décèdent chaque année après avoir été confrontées à cet animal.

Selon Robert Calcagno, directeur général de l’Institut et du Musée océanographique de Monaco, dont les propos ont été relayés par l’AFP, le requin est dans tous les esprits car ses attaques sont plus « spectaculaires », avec des morsures et du sang, contre une simple piqûre pour la méduse. Comme quoi, toujours se méfier des apparences !

Le requin, victime d’un « délit de sale gueule » !

Le requin peut également être considéré comme « gentil » lorsqu’on le compare aux éléphants. Ces animaux, impressionnants par leur corpulence, font en moyenne 600 victimes par an, mais leurs attaques passent beaucoup plus inaperçues.

Même topo pour les scorpions ou les serpents, qui font respectivement 5 000 et 100 000 morts par an, devançant largement la terreur des mers !

Alors, le requin victime d’un « délit de sale gueule », comme l’affirme Lamya Essemlali, directrice France de Sea Shepherd, dans une interview donnée à Le Point ? Pas tout à fait ! Si, il faut bien l’admettre, le requin est très impressionnant par sa taille et sa mâchoire immense, la peur s’intensifie également car les attaques sont deux fois plus nombreuses que dans les années 80.

Sur l’île de la Réunion, on souhaite capturer les requins

Si on parle tellement de ces squales ces derniers temps, c’est parce que les attaques, notamment à la Réunion, se font de plus en plus fréquentes. En juillet dernier, un surfeur a d’ailleurs perdu la vie sur cette île. Depuis, les autorités souhaitent mener une chasse aux requins, ayant pour objectif de capturer une vingtaine de squales, notamment des requins bouledogues et tigres, dans un but scientifique.

Une démarche qui ne réjouit pas tout le monde et que les spécialistes décrédibilisent parfois, expliquant que si le requin attaque de plus en plus, c'est en partie à cause de l'homme. Selon eux, l’augmentation de la pratique de sports nautiques coïncide avec la multiplication des attaques de squales. Des précautions sont donc à prendre par les surfeurs, avant de se jeter à l’eau n’importe où et n’importe quand.

Egalement l’homme, en pratiquant la surpêche, prive les requins de leur nourriture principale, les poussant à aller chercher ailleurs de quoi survivre. Et c’est l’arroseur arrosé, puisque ce sont finalement les hommes eux-mêmes qui se retrouvent victimes de cette raréfaction du poisson dont souffrent les requins.

La capture des requins, mauvaise pour l’environnement

Il faut de tout pour faire un monde, on ne le dira jamais assez ! Et même les requins, si redoutés, jouent un rôle important dans notre écosystème.

Mais cela n’empêche pas l’homme, aujourd’hui pourtant bien au courant des questions environnementales, de continuer à pêcher des requins par millions (30 à 70 millions seraient capturés chaque année). La raison principale d’une telle chasse vient de l’Asie où l’on croit que les ailerons de squales sont de puissants aphrodisiaques.

A cause de telles pratiques, certaines espèces sont aujourd’hui menacées d’extinction. Comme l’explique Philippe Vallette, directeur général du Centre national de la mer Nausicaa, à Boulogne-sur-mer, sur RTL, la disparition des requins auraient de lourdes conséquences. "S'ils disparaissent, ils ne font plus leur métier de top-prédateurs qui est de manger les prédateurs au-dessous d'eux", modifiant profondément l'équilibre des milieux où ils régnaient, explique l'océanographe.

Il ajoute également que l’ « on connaît encore très mal le comportement des requins », et c’est ce mystère latent autour d’eux qui génère une telle peur.

Par Mathilde Bourge

Top articles
Réagir à cet article

Par anonyme | Me connecter




générer une nouvelle image
Vidéo Buzz
En mer, les muscles se fatiguent beaucoup plus vite que sur Terre.

Sortie en mer : la campagne interactive pour le port du gilet de sauvetage

lire la vidéo