masquer
Or rouge

Investir dans le vin a-t-il un intérêt ?

Le 24/06/2013 à 07:59:34
Vues : 1919 fois JE REAGIS

En une décennie, les prix des grands vins se sont envolés. Leur hausse a ouvert la voie à de nouveaux placements accessibles à tous. Faut-il pour autant se ruer sur ce nouvel eldorado ?

En dix ans, les cours des grands crus ont augmenté de 260 %. Ils ont même réussi à faire fi de la crise. De 2008 à 2012, alors que le CAC 40 dégringolait de 42 %, ils évoluaient en sens inverse en hausse de 8 %. Avec de tels résultats, les grands vins suscitent toujours plus d’intérêt, d’où l’apparition de nouvelles formules d’investissement permettant aux particuliers d’accéder à cette nouvelle classe d’actifs. Aujourd’hui, on peut investir dans le vin sans même toucher une bouteille. Découvrez toutes les facettes de ce support d’investissement original et rentable.

Cours du vin : une hausse vertigineuse mais justifiée

En une décennie, le vin est devenu un investissement comme les autres. En conséquence, les mêmes règles de prudence doivent lui être appliquées. Ainsi, quand un marché a connu une forte hausse, il faut toujours vérifier qu’il ne s’agit pas d’une bulle spéculative. Pour les très grands vins, des raisons solides justifient la hausse de la décennie passée. La première d’entre elles tient aux quantités de très bons vins français produites. Elles ont été revues à la baisse. Dans les domaines prestigieux, la tendance de fond est à l’augmentation de la qualité. Elle passe par une réduction du nombre de bouteilles produites.

Deuxième facteur qui pousse les prix vers le haut : la soif des pays émergents pour nos grands vins et notamment des Chinois pour le bordeaux. Aujourd’hui, certains milliardaires boivent les grands crus du Bordelais au même rythme que nos grands-parents du vin de table.

Dernier point, le réchauffement climatique qui semble avoir des effets bénéfiques sur la qualité des vins. 2010 a été une année exceptionnelle. De 2000 à 2009, les saint-émilion ont connu sept années jugées très bonnes ou excellentes par les oenologues contre seulement une ou deux lors des deux décennies précédentes.

Investir dans le vin sans avoir de cave

Nuançons ces trois arguments avec l’avis de Robert Parker, le gourou américain du vin, qui met parfois en garde contre une bulle et appelle depuis quelques années à une stabilisation des prix.

Acheter de très bonnes bouteilles, les garder quelques années dans sa cave et les revendre avec un bénéfice est une méthode qui fonctionne toujours, mais ce n’est plus la seule aujourd’hui. Un particulier peut placer une partie de ses économies dans le vin sans avoir de cave chez lui, en bénéficiant gratuitement d’avis d’experts et sans même entrevoir une seule des bouteilles qu’il a achetées.

Depuis plusieurs années, on peut placer dans le vin aussi simplement que dans un fonds boursier (SICAV, FCP). Avec certaines solutions de placement, on garde la possibilité de rapatrier une ou plusieurs de ses bouteilles pour les boire, comme si on les avait à la cave. Tour d’horizon des possibilités qui s’offrent à vous avec leurs avantages, leurs inconvénients, ainsi que le prix du ticket d’entrée.

Par Florent Gaillard

Top articles
Réagir à cet article

Par anonyme | Me connecter




générer une nouvelle image