masquer
Santé

Cancer de l’estomac : moins de sel, moins de risque

Le 26/07/2012 à 18:14:09
Vues : 9047 fois JE REAGIS

Le World Cancer Research Fund UK tient à prévenir des risques de la surconsommation de sel. A trop forte dose, il favoriserait les cancers de l'estomac.

« Ne mangez pas trop gras, trop sucré…et surtout trop salé » ! Voici le conseil que l’on pourrait donner afin de limiter les risques de cancer de l’estomac, qui touche 9 000 personnes en France chaque année.

Le World Cancer Research Fund UK, organisme britannique caritatif de prévention du cancer, tient en effet à alerter les gens concernant la surconsommation de sel, qui favoriserait les risques d’un cancer de l’estomac. Au Royaume-Uni, un cancer sur sept pourrait être évité, si les habitants modéraient leur consommation.

En France, 80 % des cas font suite à une contamination par la bactérie Helicobacter pylor, infection facilitée par le sel, puisqu’une trop grosse consommation fragilise les parois de l’estomac et engendre ce type d’inflammation. Des experts italiens expliquent même que le risque de cancer gastrique est augmenté de 70 % pour les gros consommateurs, de quoi interpeler.

5 gr de sel par jour

L’organisation mondiale de la santé a déjà prévenu des risques liés à une surconsommation de sel, comme l’hypertension par exemple. C’est pourquoi, après quelques recherches, elle avait conseillé de réduire à 5 grammes par jour son apport en sel. Seuil que la majorité des Français dépassent, puisque la moyenne dans l’Hexagone est de 8,5 grammes.

Une signalisation sur les aliments

Afin que les consommateurs soient mieux informés – les plats préparés, par exemple, contiennent énormément de sel – le World Cancer Research Fund propose une signalisation des aliments industriels à l’aide de feux tricolores, vert pour les moins salés, puis orange et enfin rouge pour les aliments contenant beaucoup de sel. «La question a été débattue pour l'élaboration du futur PNNS, mais il faut disposer d'arguments suffisamment étayés pour voir si ça marche», précise le Dr Chauliac, en charge du dossier alimentation du Programme national nutrition santé (PNNS).

Cependant, une étude menée par le Conseil européen de l’information sur l’alimentation avait déjà prouvé que si ces codes tricolores incitaient parfois les gens à choisir des aliments plus sains, son impact restait de faible ampleur.

Comme le rappelle le Dr Chauliac, le meilleur moyen de réduire cette consommation pourrait venir des industriels eux-mêmes, en réduisant la teneur en sel de leurs produits. Une vingtaine d'entre eux d'ailleurs déjà signé une charte, s'engageant à respecter cela.

Bref, on réduit la charcuterie, le pain ou encore les biscuits apéritifs, qui sont les aliments les plus salés du marché. Rappelons qu’en France, le cancer de l’estomac est le cinquième cancer le plus fréquent, et que les chances de survie après 5 ans ne sont que de 15 %. Mieux vaut prévenir que guérir…

Par Mathilde Bourge

Top articles
Réagir à cet article

Par anonyme | Me connecter




générer une nouvelle image
Vidéo Buzz
En mer, les muscles se fatiguent beaucoup plus vite que sur Terre.

Sortie en mer : la campagne interactive pour le port du gilet de sauvetage

lire la vidéo