masquer
Sécurité sociale

Certaines pilules pourraient ne plus être remboursées

Le 19/09/2012 à 17:39:37
Vues : 3107 fois 1 REACTION

La Sécurité sociale pourrait ne plus prendre en charge les pilules contraceptives dites de troisième génération. La raison ? Celles-ci ne seraient pas suffisamment efficaces et même… dangereuses.

Les pilules de troisième génération causeraient-elles plus de bien que de mal ? La Haute autorité de santé (HAS) envisage de se pencher sérieusement sur la question. D’après plusieurs études, le service médical rendu (SMR) de ces pilules contraceptives serait « insuffisant ». Pire, elles seraient à l’origine de thrombose veineuse chez une femme sur 2 500, au cours de la première année d’utilisation. Un risque deux fois plus élevé que chez les femmes ayant recours à la pilule de deuxième génération.

Une pilule de 3ème génération, c’est quoi ?

Les pilules de troisième génération sont apparues en 2000. Moins dosées en œstrogènes et en progestérone, elles seraient mieux supportées par certaines femmes, en provoquant moins d’effets secondaires (acné, prise de poids…) que les versions précédentes.

Seul bémol : leurs principes actifs, plus puissants, favoriseraient la coagulation du sang. D’où un risque plus élevé de développer des caillots de sang.

Bientôt déremboursées ?

Varnoline, Mercilon, Méliane, Mélodia, Moneva, Carlin, Effiprev… certaines de ces pilules de 3ème génération sont aujourd’hui prises en charge à 65 % par la Sécurité sociale. Mais la HAS compte réunir, bientôt, les différents laboratoires pharmaceutiques afin de discuter du rapport bénéfices/risques de ces médicaments. S’il s’avère défavorable, le ministère de la Santé pourrait décider de ne plus autoriser leur remboursement.

Par Julie Toury

Top articles
1 réaction à cet article

Par anonyme | Me connecter




générer une nouvelle image
  1. avatar
    Publiée le 20/09/2012 à 10:12:51- par Anonyme

    comment un produit qui rend la coagulation difficile peut-il créer des caillots de sang? :o
    ...