masquer
Santé

La bedaine, plus dangereuse que l’obésité ?

Le 30/08/2012 à 14:02:38
Vues : 1811 fois JE REAGIS

Contrairement aux idées reçues, un ventre un peu trop prononcé pourrait être plus dangereux pour le coeur que l'obésité. C'est en tout cas ce que démontre une étude américaine, menée sur 14 ans.

Le surpoids, on le sait, n’est pas ce qu’il y a de mieux pour la santé. Associé à l’hypertension ou à un excès de sucre, l’embonpoint amène au diabète ou encore aux maladies cardiaques. Etonnamment, ce syndrome métabolique est plus présent chez les personnes ayant de la « bedaine » que chez celles souffrant d’obésité. C’est en tout cas ce que révèle une étude menée aux Etats-Unis pendant 14 ans, sur près de 12 800 personnes âgées, en moyenne, de 44 ans.

Toutes ces personnes ont été classées en trois catégories, par le Pr Francisco Lopez-Jimenez et son équipe de la Mayo Clinic à Rochester, dans le Minnesota. Les premières appartenaient à la catégorie « normale », dont l’indice de masse corporelle (IMC) était compris entre 18,5 et 24,9, les secondes à la catégorie « surpoids », avec un IMC allant de 25 à 29,9, et enfin, les derniers étaient dans le groupe « obèse », lorsque leur IMC dépassait 30.

Mais ce n’est pas tout. Au-delà de ces données, les chercheurs se sont également intéressés au rapport entre le tour de taille et le tour de hanches des individus, qui indiquent la répartition des graisses au niveau abdominal. Les personnes ont de nouveau été classées en deux groupes, différenciant cette fois-ci les hommes et les femmes. Il y avait la catégorie « normale », pour les femmes dont le ratio était inférieur à 0,85 et 0,90 pour les hommes, et une seconde catégorie pour les personnes dépassant ce rapport.

L’embonpoint abdominal plus dangereux

Les scientifiques ont finalement recroisé ces données avec le registre des décès aux Etats-Unis, ce qui leur a permis d’arriver à des conclusions pour le moins étonnantes. Les individus ayant un IMC normal mais affichant une « bedaine », avaient 2,75 fois plus de « chances » de mourir suite à un problème cardiovasculaire que les personnes ayant un bon rapport taille/hanches, hommes et femmes confondus.

Ils ont ensuite comparé la différence de mortalité entre les personnes « normales » et les obèses. Ces derniers n’ont « que » 2,34 fois plus de risques de décès, suite à un accident cardiovasculaire. Pour tous types de morts, le phénomène se vérifie à nouveau.

Alors qu’on s’attendait à conclure qu’un obèse était plus en danger qu’un individu un peu bedonnant, ces recherches viennent contredire nos croyances. D’après les scientifiques, cette différence s’explique par la localisation de la masse graisseuse, plus présente au niveau des jambes et des hanches chez les obèses, tandis qu’elle s'accumule dans l'abdomen chez les personnes à l'IMC normal. Et « la graisse abdominale est plus dangereuse que celle du reste du corps », explique le Dr Heinz Drexel, chef du service de médecine interne et cardiologie à l'hôpital de Feldkirch (en Autriche) ayant assisté à la présentation de l’étude, dans le Figaro.

Pour prouver cette affirmation, il cite l’exemple des sumos qui ne souffrent pas plus que les autres Japonais de maladies cardio-vasculaires. Il explique que, chez les obèses, le sang provenant du tissu gras des jambes descend vers les orteils pour ensuite repartir dans la circulation générale, alors que celui dans l’abdomen va directement dans le foie, qui produit des molécules « augmentant la résistance à l’insuline menant au diabète ». Le Dr Drexel ajoute que le meilleur moyen de pallier ce type d’embonpoint et les risques qui y sont liés, est de faire de l’exercice et d’avoir une alimentation moins grasse. Il déconseille en revanche les régimes trop strictes.

Surveiller le tour de taille

Cette étude, qui reste tout de même à compléter, apporte déjà des conclusions intéressantes, qui pourraient modifier l’appréhension des médecins face aux maladies cardio-vasculaires. Il serait donc important de surveiller son tour de taille, encore plus que son poids, et de « consulter si votre ceinture n’est plus assez longue » pour faire le tour de vos hanches, conseille le Dr Drexel.

Par Mathilde Bourge

Top articles
Réagir à cet article

Par anonyme | Me connecter




générer une nouvelle image