masquer
Contraception

La pilule, de plus en plus difficile à avaler

Le 12/09/2012 à 15:53:37
Vues : 1008 fois JE REAGIS

Chose inédite : la pilule perd de la vitesse en France. Les femmes privilégient de nouveaux modes de contraception.

Depuis la légalisation de la contraception en 1967, en France, son usage n’avait cessé d’augmenter. La pilule reste le contraceptif le plus utilisé (une femme sur deux) mais commence à perdre des utilisatrices (-4,6 % depuis les années 2000), au profit d’autres méthodes comme l’implant ou le patch, révèle l’étude Fecond réalisée par l’Ined et l’Inserm et publiée mercredi.

La contraception hormonale, délaissée par les 20-24 ans

Ce léger recul de la pilule est compensé par le recours de plus en plus fréquent aux nouvelles méthodes hormonales. Aujourd’hui, 2,6 % des femmes de 15-49 ans ont recours à l’implant, 1 % à l’anneau vaginal et 0,4 % au patch contraceptif. Seule une donnée surprend les auteurs de l’enquête : chez les femmes de 20-24 ans, l’usage de la pilule a reculé de 10,4 %, mais le recours à l’une de ces nouvelles méthodes hormonales n’a progressé que de 5,1 %.

« On peut explorer plusieurs hypothèses pour expliquer ce recul, comme le fait que ces femmes pourraient être plus sensibles aux discours écologiques et à la méfiance envers les produits médicamenteux, relève Nathalie Bajos, directrice de recherche à l'Inserm, coresponsable de l'étude. Sans oublier que la contraception représente parfois un coût élevé, notamment dans cette tranche d’âge particulièrement touchée par la crise. D’ailleurs, « le recul est plus marqué dans les milieux les plus défavorisés », précise-t-elle.

La contraception définitive, encore marginale

Concernant les autres méthodes de contraception, la tendance ne bouge pas. Encore 54 % des Françaises pensent que le stérilet n’est pas indiqué chez les femmes sans enfant, contrairement à ce qu’affirme la Haute autorité de santé depuis 2004. Le recours à cette méthode continue de diminuer, tandis que le préservatif est de plus en plus utilisé comme contraceptif.

Et quid de la contraception définitive ? Autorisée depuis 2001 en France, elle ne fait que très peu d’adeptes (3,9 % des femmes et 0,3 % des hommes).

Enfin, 3 % des femmes n’utilisent aucun moyen de contraception alors même qu’elles ne souhaitent pas tomber enceinte.

Par Thomas Levy

Top articles
Réagir à cet article

Par anonyme | Me connecter




générer une nouvelle image