masquer
Santé

La pilule du lendemain enfin gratuites dans toutes les universités

Le 13/07/2012 à 10:01:11 - mis à jour le 27/07/2012 à 15:45:11
Vues : 3248 fois 2 REACTIONS

Jeudi, la ministre de la Santé a annoncé qu’elle venait de signer un décret pour la gratuité de la pilule du lendemain dans les universités. Cela permettrait de réduire le nombre d’interruption volontaire de grossesse.

Dernière minute : Dans le cadre de la campagne nationale sur la contraception en France, Marisol Touraine s'était fermement engagée pour faciliter l'accès de toutes les femmes à la contraception d'urgence. Depuis hier, c'est chose faite et la ministre a honoré sa promesse. Un nouveau décret vient ainsi d'être publié au Journal officiel, jeudi 26 juillet.

Dorénavant les étudiantes pourront directement obtenir la pilule du lendemain auprès de l'infirmerie de leur université. De plus, elles n'auront pas à payer pour, ce service devant être fourni gratuitement par l'administration. Ne fixant pas de date ultérieure d'entrée en vigueur, le décret est applicable dans toutes les universités de France  à compter de ce vendredi 27 juillet conformément à l'article 1 du code civil.

Dernière minute : jeudi 19 juillet est paru au Journal officiel le décret promis par Marisol Touraine il y a quelques jours et permettant aux femmes de poursuivre leur traitement contraceptif sans nouvelle ordonnance. Le texte autorise ainsi les pharmaciens à délivrer la pilule contraceptive, sur la base d'une ordonnance périmée.

Le décret prévoit que, pendant six mois encore après la date de la dernière prescription, la patiente puisse quand même se procurer sa pilule chez son pharmacien. Tous les types de pilule sont concernés par cette mesure cependant, l'ordonnance ne doit pas être périmée depuis plus d'un an.

Lors d’une visite au Planning familial de Cergy-Pontoise, dans le Val d’Oise, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé plusieurs réformes concernant la contraception et l’avortement.

La pilule du lendemain gratuite dans les universités

La ministre a déclaré avoir signé un décret, permettant la gratuité de la pilule du lendemain dans les universités. Déjà gratuite dans les collèges et lycées depuis 10 ans, cette contraception d’urgence a un prix, environ une dizaine d’euros, qui dissuade beaucoup de jeunes adultes en situation de précarité.

Pourtant, comme l’explique le Dr Bernard Daury, coordinateur du service de médecine universitaire à Paris, « la pilule du lendemain est un bon moyen d’éviter l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ». Comme il le rappelle sur Europe 1, la moitié des grossesses des jeunes femmes encore en âge d’étudier sont non-désirées, et « ces femmes utilisent comme mode de contraception la pilule et il y a énormément d’oubli ».

Simple d’utilisation, cette pilule, à prendre au maximum 5 jours après un rapport à risque, éviterait à de nombreuses jeunes femmes le traumatisme d’un avortement. Le décret devrait être publié très prochainement.

Délivrance de la pilule, même avec une ordonnance périmée

Au cours de son intervention, Marisol Touraine a également promis d’autres mesures. Elle propose, par exemple, que les pharmacies puissent délivrer une pilule, même avec une ordonnance périmée, à condition que celle-ci date de moins d’un an. Cela éviterait les frais supplémentaires à payer pour une consultation chez le médecin.

Facilité d’accès à la contraception définitive

Enfin, la ministre a promis une plus grande facilité d’accès à la contraception définitive. Elle souhaite qu’elle soit remboursée par l’assurance-maladie, quels que soient la méthode (ligature des trompes ou bouchage des trompes) ou l’âge de la femme souhaitant l’intervention.

Aujourd’hui, si une femme de moins de 40 ans souhaite accéder à la contraception définitive, elle doit avoir une « contre-indication à la grossesse et une intolérance à la contraception ».

Marisol Touraine a également blâmé le précédent gouvernement, qui a rendu l’accès à l’avortement plus difficile, en fermant de nombreux centres IVG. Rappelons que François Hollande, durant sa campagne, a déclaré qu’il voulait doter tous les hôpitaux publics d’un centre IVG, et souhaitait que cette intervention soit remboursée à 100 %.

Par Mathilde Bourge

Top articles
2 réactions à cet article

Par anonyme | Me connecter




générer une nouvelle image
  1. avatar
    Publiée le 27/08/2012 à 09:49:15- par Anonyme

    La pilule du lendemain était déjà gratuite. Merci, au revoir.
    De plus, je ne vois pas en quoi faciliter l'accès à la pilule aux étudiantes diminuera le nombre d'IVG : une étudiante ayant peur de tomber enceinte n'a qu'à prendre 10 minutes de sa matinée pour aller à la pharmacie du coin.

  2. avatar
    Publiée le 27/08/2012 à 17:32:14- par Anonyme

    Euuuh pour l'avoir déjà prise, non, la pilule du lendemain n'est pas gratuite!!!! Alors on vérifie avant de parler ;)
    Et puis ça diminuerait le risque parce que les jeunes filles sont nombreuses à ne pas avoir assez d'argent pour avancer une consultation chez le médecin qui permet....de délivrer une ordonnance pour la pilule!
    Merci, au revoir à vous!