masquer
Découverte

Régime : les protéines ont un effet coupe-faim

Le 06/07/2012 à 11:02:30
Vues : 974 fois JE REAGIS

On savait que manger des protéines telles que de la viande ou bien encore du poisson a un effet coupe-faim. Des chercheurs viennent d’expliquer ce phénomène et pourraient être capables de le synthétiser pour proposer une nouvelle génération de régimes.

Le coup de sifflet a été donné pour les premiers départs en vacances, direction le soleil, la mer et la plage pour les juilletistes. Mais l’arrivée de cette saison est également synonyme de course aux régimes pour certains Français. Une équipe de chercheurs sous la direction de Gilles Mithieux, directeur de nutrition et cerveau de l’Inserm, s’est penchée sur le problème. Ils viennent de mettre en lumière l’effet coupe-faim des protéines.

Ils sont partis du constat que la consommation de protéines telles qu’œufs, viande ou poisson, procure un sentiment de satiété plusieurs heures encore après le repas. Cette caractéristique permettrait notamment de mettre fin aux grignotages entre les repas souvent à l’origine de la prise de poids. Mais personne n’avait encore pu expliquer ce phénomène de coupe-faim.

L’équipe composée de chercheurs de l’université de Lyon, du CNRS et de l’Inserm a voulu élucider la question du lien entre protéines et sentiment de satiété. Les résultats de l’étude de l’équipe de Gilles Mithieux sont parus jeudi 5 juillet dans la revue Cell et révèlent que la digestion des protéines se traduit par l’envoi d’un message de satiété aux zones du cerveau qui gèrent la prise d’alimentation.

Les oligopeptides envoient un message au cerveau

Une fois digérées, les protéines se décomposent en produits oligopeptides qui vont ensuite dans le sang. Or, une fois dans la circulation sanguine, ces oligopeptides vont agir sur les récepteurs mu-opioïdes. A ce niveau du processus, les récepteurs envoient alors un message au cerveau.

Dans un deuxième temps, le cerveau interprète ce message et envoie une réponse qui se traduit alors par la fabrication de glucose par l’intestin. Enfin, le glucose libéré dans le corps est détecté par des récepteurs qui à leur tour envoient un message. Mais cette fois-ci il s’agit d’un message coupe-faim directement transmis au cerveau.

Contrôler l’appétit en synthétisant leur effet

À partir de ces résultats, les chercheurs aimeraient parvenir à synthétiser l’effet des oligopeptides afin que le corps reproduise cette réaction en chaine sans qu’il y ait de consommation de protéines. Cette technique pourrait marquer la fin des régimes contraignants où les patients devaient contrôler eux-mêmes en permanence leur appétit. Mais la solution n’est pas miraculeuse, « s'ils sont trop sollicités, ces récepteurs deviennent insensibles », explique Gilles Mithieux à l’AFP.

« Il faudrait trouver le moyen de les inhiber doucement pour en garder les effets bénéfiques à long terme sur le contrôle de la prise alimentaire » conclut le directeur de nutrition et cerveau de l’Inserm.

Par Maëla Priolet

Top articles
Réagir à cet article

Par anonyme | Me connecter




générer une nouvelle image
Vidéo Buzz
En mer, les muscles se fatiguent beaucoup plus vite que sur Terre.

Sortie en mer : la campagne interactive pour le port du gilet de sauvetage

lire la vidéo