masquer
Filou !

Un médecin trop généreux, poursuivi par la Sécurité sociale

Le 26/09/2012 à 14:41:01
Vues : 1599 fois JE REAGIS

La Sécurité sociale réclame plus de 6 000 euros au Dr Poupardin, médecin à Vitry-sur-Seine. Sa faute ? Avoir été trop généreux avec ses patients en longue maladie, en les faisant bénéficier systématiquement d’une prise en charge à 100 %.

Certains le qualifient de « Robin des bois » de la médecine. Le Dr Didier Poupardin, médecin généraliste à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), retraité depuis plus d’un an, est accusé par la Sécurité sociale d’avoir fait profiter certains patients d’une prise en charge à 100 % alors qu’ils n’y avaient pas droit. Son cas est examiné aujourd’hui au tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) de Créteil.

Les ordonnances bizones mises en cause

Au cœur du problème : les ordonnances dites « bizones », réservées aux patients suivis pour des maladies longues du type cancer, sida, sclérose en plaques, etc. Habituellement, le praticien doit inscrire les traitements directement liés à cette maladie dans la partie supérieure du document, afin que le patient puisse bénéficier d’un remboursement total. Les autres médicaments prescrits, mais non liés à cette maladie, doivent être indiqués dans la partie inférieure. Ceux-là ne sont pas forcément pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie.

Le Dr Poupardin voulait avantager ses patients en inscrivant systématiquement les médicaments à administrer dans la partie supérieure, que la maladie à traiter ait ou non un rapport avec celle de longue durée… Autrement dit, même pour un simple rhume, les patients du Dr Poupardin étaient pris en charge à 100 %. « Une angine chez une personne déjà affaiblie par une maladie est beaucoup plus grave que chez quelqu'un d'ordinaire », s’est-il justifié.

Une « magouille » connue

Les patients ont ainsi pu réaliser quelques économies, au frais de la Sécurité sociale. Celle-ci estime à 2 612 euros le préjudice subi. Elle demande aujourd’hui au Dr Poupardin le remboursement de cette somme, ainsi qu’une pénalité de 4 000 euros.

Ce ne serait pas la première fois qu’un médecin un peu trop généreux est rattrapé par la Sécurité sociale. En août, le Dr Marie-Noëlle Philippe, praticienne à Douarnenez, dans le Finistère, a demandé une grâce présidentielle, suite à l’assignation en justice de la Sécu qui lui réclame 4 000 euros.

Par Thomas Levy

Top articles
Réagir à cet article

Par anonyme | Me connecter




générer une nouvelle image