Présidentielle : 35 % des Français ignorent le choix de leur conjoint

Est-ce parce que l'élection du nouveau président n'intéresse pas ou par respect des opinions politiques de son conjoint, mais plus d'un Français sur trois ignore pour qui sa moitié votera. Est-ce votre cas ?

0
1584
Présidentielle : 35 % des Français ignorent le choix de leur conjoint ©ThinkStock

Si les Français se plaignent de l’absence de confrontation entre les candidats à la Présidentielle, à onze jours du premier tour, visiblement, ce n’est pas non plus à la maison que les débats ont lieu. Selon un sondage Opinionway pour Meetic, publié mardi, 35 % des Français ignorent si leur conjoint(e) votera pour le même candidat qu’eux, puisqu’elles ne connaissent pas son identité et ne leur demanderont pas. Un quart des personnes interrogées (25 %) savent déjà que leur choix différera de celui de leur conjoint(e). Au final, seuls 40 % des Français peuvent assurer qu’ils voteront pour le même candidat que leur conjoint(e) au premier tour de la Présidentielle. Ce chiffre passe à 56 % chez les sympathisants des deux principaux partis, l’UMP et le PS.

Pour 70 % des couples, la prochaine élection n’est qu’un « simple sujet de discussion ». Pour 19 %, c’est chaque fois « une franche rigolade », pour 5 %, « un sujet de discorde » et pour 4 %, un « sujet tabou ». La proposition « c’est un sujet exclusivement masculin » n’a obtenu aucune réponse.

Enfin, peu importe les préférences politiques de leur conjoint, les Français privilégient l’amour ! Seules 24 % des personnes interrogées affirment qu’elles ne pourraient pas sortir avec un homme ou une femme qui ne partagent pas leurs opinions politiques, alors que 75 % d’entre elles s’en fichent complètement. Même si la relation devait devenir sérieuse, cette proportion reste identique : 34 % seraient dérangées de s’installer ou de partager leur vie avec une personne ayant des idées contraires aux leurs, quand 65 % répondent « non ».

* Sondage réalisé les 8 et 9 mars et les 20 et 21 mars, auprès d’un échantillon de 1 032 personnes de plus 18 ans.

Julie Toury