Proposition de loi pour protéger la vie privée des employés

Aux Etats-Unis, il n’est pas rare que les employeurs vérifient le compte Facebook de leurs employés. Une proposition de loi viserait à pallier ce manque de respect à la vie privée.

0
1812
Proposition de loi pour protéger la vie privée des employés ©ThinkStock

« Donnez-moi votre mot de passe Facebook pour que je vérifie si vous n’êtes pas un gros fêtard ou je ne sais quoi d’autre ! ». Cette phrase ne vous a jamais été dite lors d’un entretien d’embauche ? Cela vous paraitrait d’ailleurs totalement déplacé ?

Pourtant, aux Etats-Unis, cela arrive parfois. Certaines entreprises demandent à ses employés ses données personnelles sur les réseaux sociaux ou ses mots de passe de boîtes mails privées, afin de vérifier si les salariés ne cachent rien.

Parfois, le message est plus fourbe, plus implicite, puisque certains patrons demandent leurs employés en « ami » pour mieux les espionner, sans en avoir l’air. Ceci constitue une « menace démesurée et intolérable pour la vie privée », scande le sénateur démocrate du Connecticut, Richard Blumenthal. « C’est comme si vous donniez les clés de votre maison à votre employeur afin qu’il fouille de fond en comble ».

Une association crie au scandale

L’année dernière, l’ACLU (American Civil Liberties Union), une association de défense des libertés, avait dénoncé ces actes. L’Etat du Maryland avait adopté une loi mais ensuite, rien n’avait été fait au niveau fédéral.

Mercredi dernier, un groupe d’élus démocrates a finalement réagi, et déposé devant le Sénat et la Chambre des représentants une proposition de loi pour interdire aux employeurs d’accéder aux réseaux sociaux et boîte mails des employés.

Sans même donner son mot de passe, si un salarié se connecte sur un réseau social type Facebook, sur son lieu de travail, les données de son compte sont stockées sur un serveur extérieur, et non sur son poste. Dans tous les cas, il faut donc rester vigilant. D’ailleurs, ces dernières années, de nombreuses personnes ont été licenciées à cause d’une photo compromettante ou d’un statut malheureux déposé sur la toile.

La loi proposée, nommée « Password Protection Act » (PPA) « interdit à un employeur de demander à un employé ou à un candidat son nom d’utilisateur, son mot de passe, ou tout autre moyen lui permettant d’accéder à un compte personnel via un appareil de communication électronique ». Elle « interdit [également] à un employeur de prendre, ou menacer de prendre, des sanctions contre un employé qui refuse de livrer ses mots de passe ».

L’ACLU déplore cependant que cette loi ne s’applique qu’aux employés, et pas aux élèves et étudiants. Récemment, les services administratifs d’une école ont forcé une collégienne à livrer son mot de passe Facebook et son compte mail pour vérifier si elle n’avait pas de conversation sexuelles avec l’un de ses camarades.

A lire aussi: Mails personnels au travail, que dit la loi?

Mathilde Bourge