masquer
Scandale sanitaire

Certaines prothèses PIP seraient conformes

Dossier
Le 19/01/2012 à 12:20:17
Vues : 1175 fois JE REAGIS

Plusieurs cadres de la société PIP ont assuré aux gendarmes que du gel médical conforme avait bien été utilisé pour fabriquer les prothèses mammaires de type micro texturé, et ce dès 2006. Des déclarations qui devraient soulager (au moins) quelques patientes.

Parmi les différents types de prothèses que fabriquait la société PIP, certaines seraient bien conformes aux normes sanitaires en vigueur. Des cadres dirigeants ont assuré aux enquêteurs que le gel frelaté d’origine industrielle avait été remplacé par un gel médical conforme, le Nusil, dès le 1er janvier 2006, mais uniquement dans les implants mammaires micro texturés.

Les tests réalisés par le fournisseur du « bon » gel Nusil sur les stocks de l’entreprise PIP corroborent ces déclarations. Après une analyse des différentes prothèses trouvées sur place, seules les micro texturées se sont révélées conformes. Les implants à surface lisse ou texturée étaient quant à elles remplies du « mauvais » gel.

Pourquoi les prothèses micro texturées sont-elles les seules conformes ?

Dès 2005, plusieurs cadres dirigeants de PIP réclamaient à Jean-Claude Mas le remplacement du gel industriel par du gel médical, pour se mettre aux normes. A force d’insistance, le patron de la société a finalement cédé, mais uniquement pour les implants micro texturés anatomiques et asymétriques, qui représentaient « la moins bonne part de marché de notre activité », explique Thierry Brinon, ancien directeur de la production, cité par L’Express. Pour raison économique, cela va de soi : le gel homologué coûtait en effet dix fois plus cher que le gel « maison ». Ainsi, dès le 1er janvier 2006, certaines prothèses ont enfin pu répondre aux normes…

La bonne nouvelle : plusieurs femmes pourraient donc échapper à l’intervention d’extraction des implants mammaires recommandée par le ministère de la Santé. Reste à savoir lesquelles. Les chirurgiens sont invités à mener l’enquête pour savoir quels types d’implants précisément ont été utilisés chez leurs patientes.

Par JT

Top articles
Réagir à cet article

Par anonyme | Me connecter




générer une nouvelle image