masquer
Dernière minute

Implants PIP : 10 000 prothèses ont déjà été retirées !

Dossier
Le 06/07/2012 à 13:48:18 - mis à jour le 06/07/2012 à 15:05:18
Vues : 1020 fois JE REAGIS

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) a publié, lundi, un bilan rapportant que près de 8 000 femmes se sont déjà fait retirer leurs prothèses mammaires PIP au gel frelaté. 25 % d’entre elles ont pu constater une « rupture » de leurs implants.

Dernière minute: Sur les 30 000 porteuses d’implants PIP, environ 10 000 se sont fait retirer leurs prothèses, d’après le dernier bilan, effectué fin mai. L’agence de la sécurité et du médicament (Ansm), qui a réalisé cette enquête, fait également état de 2 638 ruptures d’implants et 2 392 réactions inflammatoires ont été enregistrées entre 2001 et 2012. Rappelons que si aucun élément ne prouve que ces femmes ont plus de risques de contracter un cancer que les autres, les effets négatifs des implants mammaires apparaissent plus rapidement et plus fréquemment chez les femmes porteuses d’implants PIP que celles arborant d’autres types de prothèses.

Fin avril, 7 868 femmes, dont 5 257 à titre préventif, s’était déjà fait retirer leurs implants PIP selon l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Elles étaient près de 30 000 porteuses de ces implants au moment où a éclaté le scandale.

Certaines prothèses PIP retirées étaient intactes selon l’Ansm

Environ 20 % des femmes ayant subi une explantation ont été victime d’une rupture de leur prothèse. Elles étaient 1 932 fin mars 2012, elles sont désormais 2 252. Les ruptures sont détectées grâce à des échographies qu’elles soient recommandées par l’Ansm ou réalisées avant l’opération de retrait des prothèses. Certains implants se sont même rompus plusieurs fois. Le bilan recense, en effet, 2 702 ruptures pour 2 252 victimes.
Cela signifie aussi que 4 185 femmes, dont les implants ont été enlevés, étaient porteuses d’implants parfaitement intacts.

Risque possible d’inflammation à cause des prothèses PIP

1 904 cas d’inflammation ont été dénombrés chez les 1 380 femmes porteuses d’implants entre 2001 et fin avril 2012. L’Ansm estime à 2 973 le nombre de femmes ayant connu une réaction inflammatoire et / ou une rupture de leurs prothèses PIP.

Pas de sur-risque de cancer après avoir porté des prothèses PIP selon l'Ansm

L’Agence nationale de sécurité du médicament a décompté 48 cas d’adénocarcinomes mammaires (cancer) chez des femmes porteuses de prothèses. Cela n’est pas en mesure de remettre en cause l’avis de l’Institut national du cancer du 23 décembre 2011. Selon ce dernier, les femmes porteuses d’implants PIP n’étaient pas plus exposées à un risque d’adénocarcinome mammaire que la population générale.

De même dans un rapport du 1er décembre, le comité scientifique, à la demande de la Commission Européenne, a estimé qu’il n’y avait pas de sur-risque de lymphome ou de cancer suite à la pose d’implants PIP.

Cette position est maintenue par l’Agence britannique, MHRA. Dans un rapport du 14 mai 2012, l’agence s’aligne sur la position du rapport français du 1er février 2012.

Pour rappel les femmes porteuses d’implants PIP avaient été incitées à faire enlever leurs prothèses car le gel contenu par ses dernières était frelaté. De plus, les porteuses d’implants étaient sujettes à de nombreux effets indésirables et de manière précoce.

Par Anne-Ségolène Brun

Top articles
Réagir à cet article

Par anonyme | Me connecter




générer une nouvelle image