Pub : le business avec des stars disparues

Nombreuses célébrités se transforment en icônes à leur disparition, et les publicitaires l'ont bien compris... En rémunérant grassement leurs héritiers, les marques se paye l'image des plus grands!

0
3155
Steve McQueen ©DR

Pour les annonceurs, la mort d’une star a un avantage indéniable: on peut lui faire dire et vendre n’importe quoi en rémunérant grassement ses héritiers . Fernandel vante depuis des lustres les mérites de l’huile d’olive Puget. Steve McQueen est l’égérie de la dernière campagne publicitaire des lunettes Persol. John Lennon et Marilyn Monroe ont jouéles VRP de luxe dans une vidéo pour la nouvelle DS3 de Citroën. Une deuxième pour Marilyn dont l’héritière, Anna Strasberg, avait monnayé l’image à Mercedes contre 6 millions d’euros en 2008. Quant à Pablo Picasso, malgré sa sainte horreur des voitures, il adonné son nom à un monospace familial. Son oeuvre est une manne épuisable sur laquelle veillent ses héritiers sans rien dévoiler de leurs transactions. Dernièrement, ils ont porté plainte pour recel contre des retraités qui voulaient faire authentifier 271 inédits de Picasso.

Solenne Durox