Quand les femmes rendent les hommes stupides

Un récent article paru sur le site du journal le Monde fait le compte rendu d'une très sérieuse étude qui tend à montrer qu'au contact des femmes, les hommes deviennent stupides...

0
7198

Sur le site du journal Le Monde le journaliste Pierre Barthélémy relate les étonnantes conclusions d’une étude menée par des scientifiques néerlandais et dont les résultats ont été publiés en novembre dans Archives of Sexual Behavior. L’idée de base de cette étude est simple : lorsqu’ils interagissent avec des femmes, les hommes, troublés malgré eux, perdent une partie de leurs facultés cognitives pour ne pas dire une part de leur intelligence. Comme si le centre de la pensée se déplaçait curieusement vers une autre partie de leur anatomie ? Selon cette étude dont le journaliste fait le compte rendu, les hommes auraient toujours tendance, de façon quasi inconsciente, à sur-sexualiser leur relation avec le sexe opposé dans une perspective quasi instinctive d’accouplement et de reproduction. Traduction : chaque femme croisée est potentiellement une femme avec laquelle il est possible d’envisager des relations sexuelles… Comme le disait si bien le grand philosophe Jean-Claude Dusse : « on ne sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher ».

 

Les femmes moins sensibles aux problématiques sexuelles

 

On pourrait alors croire naïvement que la réciproque est vraie. Mais cette étude tend à montrer que non, les femmes ne sont aucunement troublées et agissent de façon égale quelque soit le sexe de leur interlocuteur… On peut aussi se poser la question de l’origine même de ce comportement : inné ou culturel ? On songe évidemment et dans une perspective semblable à celle exposée dans Deuxième Sexe par Simone de Beauvoir, que l’éducation pourrait ici jouer un rôle. N’apprend-on pas aux petits garçons à devenir les hommes qu’ils seront ? Ne cultive-t-on pas de façon plus ou moins explicite cet aspect virilo/macho/prétadeur sexuel ? Une logique existentialiste irait évidemment dans ce sens. Mais on sait aussi depuis longtemps que les performances cognitives sont liées aux taux d’hormones sexuelles présentes dans le sang. Doreen Kiruma, professeur de psychologie à l’université de Londres avait déjà il y a quelques années souligné que ces performances sont bien meilleures chez l’homme au printemps… lorsque le taux de testostérone est au plus bas. Hormones ou éducation ? Le débat reste ouvert mais une chose reste sûre, et elle s’expérimente au quotidien : les femmes ne laissent clairement pas les hommes indifférents. De là à les rendre stupides… Pourquoi pas ?

JFM