Quelle tenue est autorisée quand il fait trop chaud ?

0
75
Gare à vos tenues vestimentaires pendant la canicule.
Young man in blue shirt and shorts carrying documents, walking by colleague's table. Indoor portrait of blonde girl drinking coffee in office and looking at flipchart.; Shutterstock ID 1080652040; Nom magazine: -

Durant cette dernière décennie, les canicules tardives survenant après le 15 août ont été fréquentes, donc le risque de canicule reste théoriquement présent jusqu’à la fin du mois d’août.  Qui dit fin de mois d’août dit reprise pour la plupart d’entre nous. Avec des températures aussi élevées, vous troqueriez bien votre tenue de bureau pour un short et des tongs. Attention, il y a des limites à ne pas dépasser.

Le principe qui prévaut dans le Code du travail est la liberté vestimentaire prévue à l’article L.1121-1. Encore faut-il ne pas abuser de cette liberté.

 

Gardez une tenue décente

Votre tenue vestimentaire ne doit pas susciter un trouble dans l’entreprise. Mini-jupe, décolletés plongeants, vêtements transparents… sont à éviter. Ainsi, une aide comptable a été licenciée car elle s’obstinait à porter un chemisier transparent porté sans soutien-gorge,  malgré le désaccord de son chef de service. Sa tenue  a été qualifiée de tenue « anormale car de nature à semer un trouble dans l’entreprise ».

Conformez-vous aux habitudes de votre entreprise

Ce qui est accepté dans une entreprise ne le sera pas forcément dans une autre. Ainsi cela va dépendre des usages pratiqués dans votre société, mais aussi du secteur dans lequel vous travaillez. Dans les secteurs artistiques, culturels ou de la communication, par exemple une tenue décontractée passera inaperçue. Il est donc envisageable de venir en espadrilles et bermuda. En revanche, dans la finance ou le secteur juridique, par exemple, on vous demandera plus de rigueur. Tailleur et veste sont en général le minimum exigé.

Respectez les impératifs liés à votre profession

Pour certaines professions, l’employeur peut imposer le port d’une tenue de travail si celle-ci est justifiée par des mesures d’hygiène (blouses,charlottes et couvre-chefs), de protection (casque, gants de protection, chaussures de sécurité, masque….) ou de nécessité commerciale (insigne, uniforme). C’est notamment le cas des métiers de représentation ou au contact avec les clients (hôtesse, vendeur…), des métiers médicaux (infirmière, personnel hospitalier), des métiers présentant un risque (BTP, chimie…). Dans certains cas, l’employeur engage même sa responsabilité s’il ne veille pas au port des tenues de protection ou d’hygiène. Il n’est alors pas possible d’y échapper !

Que risquez-vous ?

Un salarié ne sera pas licencié pour s’être présenté pour la première fois à son travail en short ou sans cravate. Mais dès lors que l’employeur le fait remarquer et demande à ce qu’il opte pour une autre tenue, il vaut mieux s’y conformer. En persistant dans sa volonté de venir travailler ainsi, son licenciement pourrait être justifié par le refus d’obéir à un supérieur hiérarchique. C’est ce qui est arrivé à un ingénieur qui en raison des fortes chaleurs s’était obstiné à venir travailler en bermuda alors que son chef de service lui avait demandé de respecter une tenue conforme au règlement intérieur. En refusant de se conformer aux ordres de la direction, le salarié qui pouvait être en contact avec la clientèle, a porté atteinte à l’image de la société qui l’employait.