Réchauffement climatique : bientôt des vols transatlantiques plus longs ?

Le réchauffement accéléré de la planète aura aussi des conséquences sur les transports aériens. Les vols entre l’Europe et l’Amérique Nord seront plus longs, plus gourmands en kérosène et donc plus polluants.

0
1123
Réchauffement climatique : la durée des vols transatlantiques augmentera ©ShutterStock

Montée du niveau de la mer, hausse des températures… Le réchauffement climatique a des conséquences dramatiques sur notre planète. Mais ce que l’on ne savait pas jusqu’ici, c’est que le réchauffement accéléré de la Terre aura également des effets sur les vols transatlantiques, selon une étude britannique publiée dans Environmental Research Letters, ce mercredi 10 février.

Concrètement, une traversée entre l’Europe et l’Amérique du Nord sera plus longue de quelques minutes. La raison ? L’accélération du jet-stream, un courant d’air soufflant de l’Ouest vers l’Est, au-dessus de l’Atlantique. « Les vols de l’Ouest auront à affronter des vents de face plus forts » et les vols vers l’Est seront en revanche « portés par des vents arrière plus forts », souligne l’étude rapportée par l’AFP. Cependant, l’aller-retour entre les deux continents sera tout de même plus long, car la perte de temps ne sera jamais totalement compensée.  

Une hausse des billets d’avion ?

Mais les conséquences ne se limiteront pas seulement au temps passé enfermé dans un avion. Un vol plus long consommera davantage de carburant, ce qui pourrait donc provoquer une hausse des billets d’avion. Et en consommant plus de kérosène, les avions dégageront davantage de gaz à effet de serre et seront ainsi plus polluants. Bref, un cercle infernal. 

Cette étude, pilotée par Paul Williams de l’université de Reading au Royaume-Uni, avance que la concentration de CO2 dans l’atmosphère sera multipliée par deux par rapport au niveau préindustriel, ce qui devrait arriver dans les prochaines décennies. Enfin, selon une autre étude menée par ce même chercheur, le réchauffement climatique pourrait provoquer davantage de turbulences dans les airs. 

Lire aussi : La montée du niveau de la mer, plus importante que prévu 

Justine Dupuy