Réforme du contrat de travail : la fin du CDI ?

Le Premier ministre Manuel Valls souhaite réformer le contrat de travail, et proposer une alternative au CDI pour les petites et moyennes entreprises. Plus souple, plus précaire ?

0
1773
Dans cette réforme du contrat de travail, plusieurs options sont envisagées, notamment du côté du Medef qui souhaite un contrat unique pour remplacer le CDD et le CDI. ©ShutterStock

La réunion des partenaires sociaux qui réunit le Premier ministre Manuel Valls, les syndicats et patronats, prévue ce vendredi 3 avril ne sera pas de tout repos. Sur toutes les lèvres et dans tous les esprits, une seule question, doit-on réformer le contrat de travail et de ce fait, assouplir le Contrat à Durée Indéterminée (CDI) ?

Un contrat unique, la bonne solution ?

Derrière cette réforme du contrat de travail se cache « une volonté de lever les freins au recrutement dans les petites entreprises qui souvent n’embauchent pas car [elles] craignent d’avoir des difficultés à se séparer de leurs collaborateurs », explique le Premier ministre. Un faux argument rétorque Jean-Marc Germain : « Il n’y a pas de problème avec les contrats de travail en France. Vous n’allez pas prendre un salarié parce que ce sera facile de le licencier mais parce que vous avez un carnet de commandes », insiste le député PS, proche de Martine Aubry.

Dans cette réforme du contrat de travail, plusieurs options sont envisagées, notamment du côté du Medef qui souhaite un contrat unique pour remplacer le CDD et le CDI, sans date de limite et avec un licenciement simplifié. Une idée soutenue par le prix Nobel d’économie, Jean Tirole : « La solution c’est un contrat unique, c’est-à-dire faire en sorte qu’on ait des emplois plus protégés pour certains et moins protégés pour d’autres. C’est une solidarité qui s’impose ».

Le CDI plus souple c’est un contrat précaire

Pour les syndicats, et comme pour de nombreux membres du gouvernement, l’assouplissement du CDI et la réforme du Code du Travail ne sont pas des solutions. Un CDI plus flexible n’est autre qu’un contrat précaire : « Ça ne changera pas les choses et c’est dangereux. Ça veut dire qu’on peut vous licencier plus facilement », s’insurge Jean-Claude Mailly, secrétaire général du syndicat Force Ouvrière (FO).

A la réunion des partenaires sociaux, Manuel Valls devra composer avec plusieurs avis et envies. A peine lancé, le débat de la réforme du contrat de travail est déjà explosif, mais le Premier ministre à prévenu : « Ceux qui pensent que nous allons freiner ou stopper les réformes se trompent », a-t-il lancé.

Lire aussi : Michel Sapin invente le CDI à durée déterminée
Lire aussi : 27 % des jeunes envisagent leur avenir à l’étranger

Laurie Ferrère