Routes : attention aux régulateurs de vitesse

Des chercheurs de l’Université de Strasbourg pointent du doigt les régulateurs de vitesse, qui réduiraient l’attention des conducteurs. L’idéal serait de les désactiver en cas d’affluence.

0
1961
Il est conseillé de désactiver le régulateur lorsque le trafic est dense. ©Fotolia

Alors que les grands départs en vacances se poursuivent ce week-end, le Centre d’investigations neurocognitives et neurophysiologiques (Ci2N) de l’Université de Strasbourg met en garde les automobilistes. Utiliser un régulateur de vitesse entraînerait une baisse de l’attention.

Utiliser un régulateur de vitesse altèrerait la conduite

D’après les observations des chercheurs, ce type d’appareils entraînerait « une détérioration des capacités attentionnelles [du conducteur], et donc de réaction face au danger » (AFP).

Pour parvenir à cette conclusion, ils ont soumis 90 personnes à des tests sur un simulateur de conduite. Les témoins devaient réaliser un trajet sur autoroute de 120 kilomètres. Quatre cas de figure se sont présentés à eux : un accident d’autocar, des travaux sur la chaussée, la présence d’un radar, l’approche d’un péage.

> Lire aussi : Des radars embarqués pour lutter contre les grands excès de vitesse

L’utilisation du régulateur de vitesse peut avoir plusieurs conséquences sur la conduite :

1. la capacité de réaction diminue sensiblement, notamment face à un danger. Le temps de réaction à un événement est allongé, en moyenne, d’une seconde, soit 40 mètres supplémentaires parcourus à 130 km/h avant le freinage.

2. le conducteur a tendance à tenir une trajectoire moins rectiligne, un régulateur l’incitant à réaligner moins souvent la position de son véhicule. Plus le trajet est long, plus le phénomène s’accentue.

3. la vitesse étant plus difficile à modifier, le conducteur a tendance à rester plus longtemps sur la voie de dépassement.

4. les distances de sécurité « diminuent, en moyenne, de 5 % avant le déboîtement et de 10 % au moment du rabattement ».

5. À partir d’une heure de conduite, la fréquence des périodes de somnolence augmente de 25 %.

Les mêmes effets ont été observés chez les conducteurs utilisant un limitateur de vitesse, mais de façon moins significative.

Conseil : désactiver le régulateur en cas d’affluence

Le Pr André Dufour, qui a mené l’étude, délivre quelques conseils aux automobilistes utilisateurs de ce genre d’équipement :

– « désactiver le régulateur lorsque le trafic est dense, ou à l’approche de zones spécifiquement signalées (zones de travaux, péages, etc.) » ;

– augmenter la fréquence des pauses lors des longs trajets.

> Lire aussi : Excès de vitesse – les radars flashent toujours plus

Damien Rigat