SeaWorld met fin à l’élevage d’orques en captivité

La compagnie américaine SeaWorld a annoncé jeudi 17 mars qu’elle n’élèvera plus d’orques en captivité et qu’elle cessera donc progressivement ses spectacles incluant ces mammifères.

0
1204
Les spectacles seront arrêtés progressivement ©Irina Silvestrova / Shutterstock.com

« Les temps changent, et nous aussi. Les orques dont nous nous occupons actuellement seront les derniers à SeaWorld. La société met fin à son élevage d’orques à partir d’aujourd’hui », a annoncé le géant américain dans un communiqué jeudi 17 mars. Les orques actuellement en captivité seront ainsi les derniers de leur génération à vivre au sein des parcs aquatiques de SeaWorld : 11 à San Diego, 5 à San Antonio et 7 à Orlando.

La compagnie, qui n’a prélevé aucun orque en milieu naturel depuis 40 ans, indique qu’il serait dangereux de les relâcher dans la nature car « ils ne pourraient pas survivre dans les océans ». Nés en captivité, ces orques seraient dans l’incapacité de chercher de la nourriture par eux-mêmes et pourraient être exposés à des maladies, mais aussi aux problèmes environnementaux comme « la pollution et autres menaces d’origine humaine ».

La fin des spectacles d’orques

Les spectacles d’orques seront donc voués à disparaître. Une bonne nouvelle pour les associations de défense des animaux qui dénoncent depuis de nombreuses années l’atrocité qu’il y a à détenir dans des petits bassins ces grands cétacés pour en faire des attractions. En attendant, les derniers épaulards des parcs SeaWorld ne seront plus soumis à des numéros de divertissement (pirouettes et autres performances) mais seront présentés au public d’une manière « nouvelle, inspirante et naturelle ». Les numéros seront désormais tournés vers la pédagogie afin de sensibiliser les visiteurs sur leur préservation. En novembre dernier, la société avait déjà annoncé ce changement au parc de San Diego d’ici à 2017. Désormais, ce seront aussi ceux de San Antonio et d’Orlando en 2019.

Un don de 50 millions de dollars

Par ailleurs, la compagnie américaine a annoncé son partenariat avec la société protectrice des animaux The Humane Society of The United States (HSUS) pour protéger les océans et les animaux qui les habitent. SeaWorld a promis de reverser 50 millions de dollars (44 millions d’euros) sur cinq ans pour le sauvetage des animaux marins, notamment dans la lutte contre la chasse commerciale des baleines, des phoques et autres mammifères.

Ces décisions pourraient ainsi redorer l’image de SeaWorld. En 2010, la société avait essuyé un scandale avec Tilikum, une orque qui avait tué sa dresseuse en plein spectacle à Orlando. Et la sortie du documentaire « Black Fish » en 2013 avait fait bien des ravages. Ce dernier relatant ce drame avait alimenté le débat sur les dangers de la vie en captivité pour les orques. Reste à voir si ce changement inspirera d’autres parcs, comme celui du Marineland d’Antibes…

Lire aussi : Les animaux, des voix en extinction

Marine Vautrin