Sécurité routière : 12 réflexes à adopter d’urgence

Prendre la route des vacances sans se mettre (trop) en danger, c’est possible ! À condition de respecter certaines règles.

0
1560
Sécurité routière : 12 réflexes à adopter d’urgence ©ShutterStock

1. Mettez votre véhicule à niveau

Pas question de prendre la route sans avoir préalablement complété les niveaux d’huile, de liquides de freins 
et de refroidissement, mais aussi le réservoir du lave-glace. On pense aussi à vérifier l’état de la batterie, le bon fonctionnement des essuie-glaces et à nettoyer les feux et les phares.

2. Gonflez correctement vos pneus

Il est impératif de contrôler l’état, l’usure et la pression 
des pneus, y compris de la roue de secours. Pour connaître la pression recommandée, consultez le carnet du véhicule. Il arrive que la pression recommandée soit indiquée à l’intérieur de la portière du conducteur ou du clapet du réservoir à carburant. Sachez que des pneus mal gonflés diminuent l’adhérence du véhicule, augmentent les distances de freinage et rendent la conduite dans les virages moins précise.

3. Pensez à avoir le nécessaire

Outre l’éthylotest officiellement obligatoire depuis 2012, pensez à avoir dans votre voiture un triangle de présignalisation et un gilet de sécurité. Le triangle doit être installé lorsque vous vous arrêtez sur la bande d’arrêt d’urgence et le gilet enfilé, de jour comme de nuit, quelles que soient les conditions de visibilité en cas d’arrêt d’urgence. Des réflexes qui complètent l’allumage des feux de détresse. En cas de stationnement intempestif sur l’autoroute, pensez à bien marcher derrière le rail de sécurité pour rejoindre une borne de secours, car l’espérance de vie d’un piéton sur une bande d’arrêt d’urgence est de 15 à 20 minutes maximum.

4. Chargez bien votre voiture

La règle numéro un, c’est de ne rien mettre sur la plage arrière du véhicule et d’une manière générale de ne placer aucun objet non arrimé dans l’habitacle. Dans le coffre, pensez à placer les bagages les plus lourds le plus bas possible. Si vous installez des barres de toit, attachez-les de préférence avec des sangles et non pas avec des cordes ou des tendeurs. Quant au porte-vélos, sur le coffre, il réduit la visibilité du conducteur et sur le toit, il augmente la prise au vent. Entre les deux, à vous de choisir. Sachez que plus une voiture est lourde, plus les distances de freinage sont longues et l’accélération difficile.

5. Choisissez la bonne heure de départ

Il y a deux plages horaires à éviter tout particulièrement car votre vigilance est mise à mal, c’est la nuit, entre 2h et 5h du matin et l’après-midi entre 13 h et 16h. L’idéal est de partir le matin, après une bonne nuit de sommeil, à un horaire auquel vous êtes habituellement levé, mais surtout pas beaucoup plus tôt que d’habitude.
 À bannir: le grand départ après une journée de travail
 car la fatigue vous saisira rapidement. Gardez en mémoire que 17 heures de veille active équivalent, en matière de baisse de la vigilance, à une teneur de 0,5 gramme d’alcool dans le sang !

6. Soyez attentifs à vos consommations

Ne buvez pas d’alcool avant de prendre la route et évitez aussi tout médicament incompatible avec la conduite. Retardez si possible la prise de votre traitement. Il faut savoir qu’un médicament sur trois en France engendre de la somnolence au volant. Vous les reconnaîtrez facilement grâce au pictogramme figurant sur la boîte. Évitez également les repas copieux car la digestion vous ramollit. Pensez à boire du thé et du café qui vous tiendront en alerte.

7. Respectez les vitesses

Un accident mortel sur cinq est causé par une vitesse excessive. Il convient donc de respecter les limitations de vitesse. D’autant plus que rouler à 140 km/h sur autoroute au lieu de 130 km/h ne permet de gagner que trois minutes sur cent kilomètres! La vitesse modifie par ailleurs le champ de vision. Il est de 100 degrés lorsque l’on conduit à 40 km/h et tombe à 40 degrés lorsqu’on roule à 100 km/h. Pour respecter les limitations, évitez de vous fixer une heure précise d’arrivée. Être au-dessus de la vitesse indiquée de 20 km/h coûte un point de permis.

8. Identifiez les signes de fatigue

La fatigue au volant se traduit par une difficulté à rester concentré. Elle provoque des picotements des yeux,
 un raidissement de la nuque et des douleurs de dos. 
Elle se traduit aussi par un regard qui se fige. Faites une pause toutes les deux heures, même si vous n’en ressentez pas le besoin. Étirez-vous et faites une petite marche. Pensez également à passer le volant. Notez que conduire vite fatigue car la vitesse oblige le cerveau à traiter un plus grand nombre d’informations en un minimum de temps, ce qui le contraint à s’adapter en permanence.

9. Méfiez-vous de la somnolence

Un accident mortel sur trois sur autoroute est provoqué
 par la somnolence, à distinguer de la fatigue. Elle se traduit par une difficulté à rester éveillé et un risque d’endormissement. Et ce, quelle que soit la longueur
 du trajet. Les premiers signes de la somnolence sont
 les bâillements et les paupières lourdes. Elle entraîne des périodes de « micro-sommeils » de une à quatre secondes qui peuvent être dangereuses. Dès les premiers signes
 de somnolence, il faut s’arrêter car le risque d’accident dans la demi-heure qui suit est multiplié par trois ou quatre. 
Une simple pause ne suffit pas, il faut dormir vingt minutes pour récupérer. La dette de sommeil est la principale cause de la somnolence. Un tiers des Français se contentent
de dormir six heures alors que le besoin physiologique est de huit heures. Une bonne nuit avant de prendre la route s’impose.

10. Protégez les enfants

Le port de la ceinture est obligatoire pour tous et le non-respect de cette loi est passible d’une amende de 135 euros. Les enfants de moins de dix ans doivent être obligatoirement installés à l’arrière du véhicule. La place la plus sûre, c’est la place centrale, notamment en cas de chocs collatéraux. Les enfants en bas âge doivent être attachés à leur siège bébé arrimé sur la banquette arrière. Seule exception, les dispositifs bébés « dos à la route » qui doivent être posés sur le siège du passager avant, à condition d’avoir désactivé l’airbag. N’oubliez pas d’embarquer des livres, des jeux et des tablettes pour faire patienter les enfants le temps du trajet.

11. Éteignez votre téléphone portable

Dix pour cent des accidents de la route sont provoqués par une inattention en relation avec l’usage du téléphone portable. Et pour cause. Au téléphone, le temps de réaction du conducteur augmente de cinquante pour cent. Lorsque vous prenez la route, éteignez-le ou rangez-le dans le coffre. Pensez à passer vos coups de fil urgents avant et faites des pauses régulières pour écouter votre messagerie, lire vos SMS, répondre à vos mails. Sachez qu’utiliser son téléphone au volant ou même avec un kit mains libres est passible de 135 euros d’amende.

12. Adaptez-vous à la météo

Si la neige vous surprend sur la route, réduisez immédiatement votre vitesse car la neige en contact avec le sol froid se transforme vite en verglas. Allumez vos feux de croisement, même en journée. Si des engins de salage se présentent, laissez-leur la priorité et essayez autant que possible de circuler dans leurs traces. Si vous êtes amené 
à rouler souvent dans des régions souvent verglacées 
ou enneigées, pensez à vous équiper en pneus « hiver ». Grâce à une gomme et à des striures spéciales, ils offrent une meilleure adhérence, une meilleure motricité et une distance de freinage plus courte. En cas de fortes chutes 
de neige, sortez les chaînes. Sauf sur les véhicules à propulsion, elles doivent être installées à l’avant. Entraînez-vous à les poser avant votre départ afin d’être opérationnel le jour J. Une fois sur la route, pensez à les retendre régulièrement. 

Lire aussi :

États des routes : la moitié des Français inquiets de leur dégradation

– Les voitures aux vitres teintées bientôt interdites

Alexandra Da Rocha