Services à domicile : ne plus se faire arnaquer en 10 leçons

Plombiers, serruriers, chauffagistes... On en a besoin souvent dans l’urgence et on est prêt à tout pour qu’ils viennent à notre rescousse sur-le-champ. Certains professionnels le savent très bien et abusent de notre naïveté pour faire gonfler la facture. Pour ne pas le regretter, certaines précautions s’imposent.

0
1384
Services à domicile : ne plus se faire arnaquer en 10 leçons ©Shutterstock

Vendredi soir, 21h30. Le chauffe-eau ne répond plus. Après la boulette d’il y a deux semaines – une porte blindée claquée avec les clés sur la serrure à l’intérieur – suivie d’une fuite de lavabo, il n’y a pas lieu de tourner autour du pot : c’est la loi des séries… A priori, on y est tous confrontés un jour ou l’autre. Et dans ces cas-là, on regrette souvent d’avoir cédé à la précipitation plutôt qu’à la raison. En état de stress, il est facile de se faire escroquer. Et si la prochaine fois, on retenait bien ces 10 bonnes leçons…

Leçon n°1 : soyez prévoyant

Le soir ou la nuit sont les moments 
où l’on se fait le plus arnaquer. Pour éviter de faire appel à n’importe quel prestataire dans l’urgence, prenez une demi-journée pour aller rencontrer plusieurs prestataires du quartier ou de votre ville : un couvreur, un serrurier, un électricien, un plombier, un chauffagiste, un vérandaliste… dont vous pourriez avoir besoin à un moment ou un autre. Gardez les numéros de téléphone à portée de main car mieux vaut prévenir que guérir !

Leçon n°2 : choisissez un prestataire déclaré

Qu’il soit indépendant, micro-entrepreneur ou salarié, c’est la condition sine qua non. Il possède un site Web ? Ça aide, mais il doit surtout posséder un numéro SIREN qui doit impérativement figurer sur le devis et la facture. Via le site de l’INSEE (insee.fr), vous pourrez ensuite vérifier à qui ce numéro appartient. Cela permet de se retourner en cas de litige ou de malfaçon… Doivent figurer aussi sur le devis le numéro de téléphone et l’adresse postale.

Leçon n°3 : interrogez vos proches

Malgré l’urgence, tentez de contacter copains et voisins pour leur demander s’ils connaissent un professionnel sérieux, spécialisé et honnête. La plupart des entrepreneurs se font connaître ainsi, par le bouche-à-oreille.

Leçon n°4 : fiez-vous aux avis du web

Le plombier déniché fait le plein de commentaires positifs sur les forums ou est bien noté sur Google ? Bingo ! Lisez-en plusieurs pour vous faire une idée. Quelques avis négatifs ? Pas de panique, car ce sont plus souvent les gens insatisfaits qui laissent des messages plutôt que l’inverse.

Leçon n°5 : évaluez la réactivité

Si, au téléphone, votre interlocuteur prend le temps de vous écouter, vous explique clairement de quelle façon il compte procéder et s’il vous annonce qu’il sera chez vous dans peu de temps et qu’il s’y tient, ça part plutôt bien. Voilà tout l’intérêt de choisir un prestataire voisin qui limitera les tarifs de déplacement. De visu, si le contact passe bien, que vous vous comprenez bien, c’est un plus !

Leçon n°6 : exigez un devis

Après avoir examiné la panne, cassure… en cause, il doit vous soumettre un devis que vous devrez signer. Dessus, les frais de déplacement, le coût de la main-d’œuvre et du matériel sont détaillés, suivi du montant total de la prestation en HT et TTC. Il doit être signé de votre main avant le début des travaux : l’original pour lui et une copie pour vous. En revanche, si vous souhaitez réfléchir et faire établir d’autres devis, attendez d’avoir eu la visite et le retour de tout le monde avant de prendre votre décision. Deux à trois devis suffisent, au-delà on s’égare.

Leçon n°7 : faites preuve de bon sens

Votre interlocuteur vous propose de tout changer sans avoir pris le temps d’examiner le problème et en étant incapable de vous donner des explications claires : courage, fuyez ! S’il vous annonce d’emblée qu’il faut changer la serrure alors que vous avez laissé les clés sur le buffet, prudence car un bon professionnel saura ouvrir la porte en deux temps trois mouvements.

Leçon n°8 : veillez à ce que le montant de la facture égale celui du devis

Certains prestataires peu scrupuleux font parfois gonfler de quelques dizaines, voire centaines d’euros supplémentaires le montant de la facture finale. Il vous expliquera alors qu’il a dû repartir chercher des vis ou des pinces, que le travail était plus compliqué que prévu, mais il n’a pas le droit de répercuter ces changements sur la facture finale. Comme le stipule l’article 1793 du Code civil, à moins qu’il y ait une clause d’indexation précisée sur le devis justifiant la hausse du prix de certains matériaux, il n’y a pas lieu de payer en plus, une fois les travaux terminés. Ça ne peut fonctionner que si le devis a été réévalué avant le début des travaux.

Leçon n°9 : contactez assurances et banques

En cas d’effraction notamment, les réparations sont prises en charge en risque habitation par votre assurance. Appelez le numéro d’urgence sans tarder et faites-vous confirmer tout cela par téléphone et par mail. L’organisme vous fournira ensuite une liste de professionnels agréés à contacter. Pareil si vous avez perdu ou si l’on vous a volé vos clés
d’habitation : certains contrats d’assurance souscrits auprès de votre banque prennent en charge le remboursement et le remplacement de la serrure dans la limite d’un plafond annuel. À vous de payer le surplus. C’est le cas du contrat Quiétis par la Société Générale ou Secur 24/24 par le Crédit Mutuel…

Leçon n°10 : conservez toutes les pièces défectueuses

Après les travaux, elles pourront vous servir et être expertisées en cas de litige. Sans ça, impossible de prouver quoi que ce soit ! 

Lire aussi : Facebook : gare aux vidéos buzz qui vous prélèvent de l’argent

Sabrina Bailleul