Sexisme : LinkedIn supprime des photos de développeuses, jugées trop aguichantes

Le réseau social professionnel LinkedIn a retiré une publicité postée sur son site par la société Toptal. D’après lui, les femmes présentées sur les photos seraient trop séduisantes pour être de vraies développeuses web.

0
2293
La photo de Florencia Antara, développeuse, a été jugée provocante par certains membres du réseau LinkedIn. - crédit : Toptal (capture d'écran) ©DR

Toptal est consterné. La société de développement web ne comprend pas la décision de LinkedIn, qui a retiré plusieurs publicités publiées par l’entreprise sur son site. La raison ? Les employées présentées sur les photos seraient trop jolies pour être de vraies développeuses, rapporte The Daily Dot.

LinkedIn : les internautes jugent provocantes les photos des développeuses

Selon Toptal, le réseau social professionnel a supprimé toutes les publicités et le compte de la société. Des internautes auraient porté plainte, en raison du caractère « provocant » des photos de femmes utilisées pour leur opération de communication. L’entreprise web juge la réponse du réseau « ridicule et insultante ».

> Lire aussi : Expulsés d’Arabie Saoudite parce qu’ils étaient… trop beaux !

La firme explique avoir, certes, illustré ces annonces par quelques photos issues de banques d’images mais aussi par des photos de ses employés, hommes et femmes, comme Florencia Antara, que vous pouvez voir sur la photo ci-dessous. Comme l’indique sa page sur le site de Toptal, la jeune femme est bien employée par la société, et ce depuis octobre 2012.

LinkedIn, accusé de sexisme par le patron de Toptal

Dans une tribune « en défense des femmes ingénieurs », le président de Toptal, Taso du Val, se révolte :

« Nous avons constaté un sexisme extrême au sein de la communauté high-tech, de la part d’un leader de cette industrie et d’un partenaire publicitaire avec lequel nous travaillons beaucoup : LinkedIn.

Comme de nombreuses sociétés, nous achetons des publicités sur LinkedIn pour toucher de nouvelles entreprises, acquérir de nouveaux clients et dénicher de nouveaux développeurs et employés. Nous proposons un mélange de publicités masculines et féminines. Nous avons pris des photos extrêmement professionnelles d’hommes et de femmes qui font partie du réseau Toptal et nous avons fait en sorte qu’ils aient l’air sûrs d’eux, bien habillés et heureux, mais les responsables de la publicité chez LinkedIn sont en total désaccord avec ça. En fait, ils sont à 100 % persuadés que les femmes dans nos publicités offensent leurs utilisateurs et leur portent préjudice. Je ne peux pas y croire. »

« Elle regarde l’appareil comme si elle voulait lui faire l’amour »

LinkedIn répond en assurant qu’il s’agit d’une « erreur ». Plusieurs internautes ont soutenu le réseau. Ils estiment que Toptal a « spammé » les membres du réseau avec ses publicités et que la photo de Florencia Altara est trop suggestive : « Elle regarde l’appareil photo comme si elle voulait lui faire l’amour ».

> Lire aussi : Elle dénonce le machisme des rues avec une caméra cachée (vidéo)

« Le problème », souligne le dirigeant de Toptal, « c’est que les membres de la communauté du développement Web jugent impossible que des femmes ingénieurs puissent justement être ingénieurs et qu’un leader de cette communauté (LinkedIn) soit d’accord avec eux ».

LinkedIn a finalement accepté de réactiver le compte de Toptal sur son site et promis que les publicités d’origine seraient validées sur le réseau. « C’est une décision fantastique et nous sommes ravis qu’elle ait été prise », se réjouit le dirigeant de la société.

> Lire aussi : Abercrombie & Fitch – le Défenseur des droits enquête sur le recrutement


Florencia Antara :

© DR

Cécile David