SFR remet lui aussi en cause le réseau de Free Mobile

SFR a constaté que le réseau de Free Mobile ne respectait pas son engagement de couverture de 27% de la population. Plus de 80% des appels passés sur le réseau de Free seraient en réalité transférés sur celui d’Orange. L’opérateur historique accable ainsi encore un peu plus le réseau du nouvel entrant sur le marché de la téléphonie mobile.

0
1728
SFR remet lui aussi en cause le réseau de Free Mobile ©DR

SFR est décidément remonté contre Free Mobile. Après avoir accusé Orange d’avoir aidé le quatrième opérateur dans son lancement avec le contrat d’itinérance, l’opérateur historique s’en prend désormais directement à Free. Il l’accuse en effet de ne pas tenir ses engagements au niveau de la couverture de la population. On rappelle que l’opérateur de Xavier Niel doit pour l’instant couvrir au minimum 27% de la population, le reste étant assuré par le réseau d’Orange via un contrat d’itinérance.

Il faut dire que cela fait plusieurs semaines que le réseau de Free est placé sous le feu des projecteurs. Bouygues Telecom avait déjà envoyé des huissiers en Bretagne pour attester de la couverture du réseau, puis devant les doutes, l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) avait fini par se résoudre à le vérifier à son tour, ce qu’elle devrait faire « prochainement ». Sauf que SFR a décidé de prendre les devants en allant lui même le contrôler.

Entre 80 et 97% des appels transiteraient par le réseau d’Orange

Au final, les résultats sont plutôt accablants pour Free d’après ce que rapporte Le Figaro. 3 000 pointages ont été effectués dans cinq grandes villes correspondant à des zones de couverture du nouvel entrant sur le marché de la téléphonie. Il en ressort qu’entre 80 et 97% des appels transiteraient par le réseau d’Orange. On est bien en dessous des 27% de couverture requis. Bien sûr, SFR n’a pris que les zones couvertes par Free Mobile, pas celles « où les appels émis transitent par le réseau d’Orange » d’après l’opérateur. Pour ce dernier, « ces mesures suscitent donc les doutes les plus sérieux sur le respect par Free Mobile de ses obligations de couverture ». SFR a pris soin d’envoyer ces observations dans une lettre adressée à l’Arcep.

Il est vrai que les résultats sont troublants et on commence à avoir de plus en plus de doutes sur cette affaire de réseau qui ressemblait au départ à un simple mauvais coup de la concurrence, une sorte de bizutage pour le nouveau venu sur le marché. Le PDG de Free, Xavier Niel, a beau affirmer qu’il respecte à la lettre les conditions qui lui ont été imposées, on attend avec impatience que l’Arcep commence ses vérifications pour faire toute la lumière sur cette histoire. On n’oubliera pas de signaler que fin janvier, le gendarme des télécoms avait rappelé que SFR, mais aussi Orange et Bouygues, n’avaient pas respecté leurs propres engagements au moment de leur lancement respectif.

Adrien Guiset