Sida : le bébé que l’on croyait guéri ne l’est pas

Il y a quelques mois, le monde apprenait la guérison d'une petite fille atteinte du VIH. Hier, les médecins ont annoncé que la fillette avait rechuté.

0
921
La fillette que l'on croyait guérie du virus de Sida ne l'est finalement pas. ©ShutterStock

En mars dernier, des chercheurs américains se réjouissaient de la guérison d’une petite Américaine née séropositive. Malheureusement, les mêmes médecins ont annoncé hier que la petite fille, aujourd’hui âgée de 4 ans, avait vu le virus réapparaître.

Trente heures après sa naissance, le bébé, né d’une mère infectée par le VIH, avait reçu un intense traitement aux antirétroviraux, soit bien plus tôt que ce qui est normalement fait pour les nouveaux-nés susceptibles d’être contaminés. La petite fille avait ensuite été traitée jusqu’à 18 mois, âge à partir duquel les médecins ne l’ont plus vu pendant dix mois.

Pas guérie mais un développement limité du VIH

Malgré la perte de la trace du bébé, les chercheurs avaient conclu qu’un traitement ultra-précoce des nouveaux-nés séropositifs pouvait les guérir. Malheureusement, un test de routine au début du mois a révélé que la fillette avait des niveaux détectables du VIH dans le sang, associés à une quantité moindre de lymphocytes et à la présence d’anticorps liés au VIH.

« C’est bien évidemment un rebondissement très décevant pour l’enfant, les médecins impliqués dans son traitement et les chercheurs spécialisés dans le VIH/sida », a regretté Anthony Fauci, directeur de l’Institut national de l’allergie et des maladies infectieuses (NIAID). Selon lui, la petite fille est de nouveau soumise à des antirétroviraux et se porte bien. « Le cas de cet enfant du Mississippi montre que le traitement précoce aux antirétroviraux n’a pas complètement éradiqué le réservoir de cellules touchées par le VIH. Mais il pourrait avoir considérablement limité son développement et permis d’éviter qu’elle prenne des antirétroviraux pendant une longue période », a-t-il expliqué.

Mathilde Bourge