Sida : un traitement préventif pourrait voir le jour en France

Selon des chercheurs français, le Truvada, un médicament déjà utilisé pour traiter les patients séropositifs, serait aussi efficace en prévention. Il réduirait les risques de contamination de 80 %.

0
1272
Le Truvada permettrait de réduire le risque de contamination de 80 % lors des rapports sexuels. ©ShutterStock

C’est une nouvelle réjouissante pour les populations dites « à risque ». Un traitement préventif contre le Sida pourrait bientôt voir le jour en France. Le médicament en question, l’antirétroviral Truvada, est déjà utilisé depuis plusieurs années dans le cadre de la trithérapie, chez des personnes déjà infectées par le VIH. Mais des chercheurs français viennent de prouver son efficacité en prévention, avec « une réduction du risque de l’ordre de 80 % », a annoncé le professeur Jean-Michel Molina de l’hôpital Saint-Louis de Paris. L’étude Ipergay, qu’il a pilotée, a été menée sur près de 400 volontaires homosexuels français et canadiens séronégatifs, autrement dit, non porteurs du virus.

Le préservatif, toujours indispensable

Pour empêcher le virus de pénétrer dans l’organisme, le traitement doit être pris quelques heures avant le rapport sexuel à risque. Une seconde prise doit également avoir lieu le lendemain. « Le Truvada permet d’avoir, au moment où le virus essaye d’entrer dans l’organisme, un médicament qui va bloquer sa pénétration », a détaillé le médecin au micro d’Europe 1. Bien évidemment, la prise de ce traitement ne dispense pas du port du préservatif, son efficacité n’atteignant pas les 100 %…

L’étude, démarré en 2012, devrait se poursuivre encore un an. Mais l’association de lutte contre le sida Aides a déjà pris les devants en suggérant à la ministre de la Santé, Marisol Touraine, d’accélérer le processus d’examen de la demande d’autorisation temporaire du Truvada comme traitement préventif chez les personnes à risques de contracter la maladie. Ce traitement est déjà utilisé en prévention en France, chez des personnes ayant déjà été exposées au risque (viol, par exemple).

Lire aussi : Pourquoi les homosexuels n’ont-ils pas le droit de donner leur sang ?

Thomas Levy