Soldes 2017: apprenez à déjouer les pièges

0
462
soldes à paris ©Visual PA
Les soldes d’hiver s’étendent du 11 janvier au 21 février.

Le top départ des soldes d’hiver a été lancé ce mercredi 11 janvier et si l’on en croit un sondage réalisé par Toluna pour LSA, le rush n’est pas franchement au rendez-vous.  Quoi qu’il en soit, voici notre it-list des tromperies les plus répandues pendant cette période promotionnelle. A vous de jouer!

 Tromperie 1 : prix gonflés

Pratique ultra courante, certains commerçants peu scrupuleux « gonflent » le prix de référence un peu avant la période des soldes afin de simuler une offre plus attractive après réduction.

Ce qu’il vous reste à faire : Vérifier et comparer les prix des articles qui vous intéressent quelques jours avant les soldes. Sachez que les commerçants ont l’obligation d’indiquer le prix de référence, de signaler les rabais pratiqués et ont l’interdiction d’augmenter le prix d’un produit avant la période de soldes. Cette règle est valable aussi bien en magasin que sur internet.

Tromperie 2 : publicité mensongère

Gare aux promotions annoncées en vitrine, via une newsletter ou sur tous supports de publicité média et hors-média, et qui ne sont pas toujours appliquées en magasin ou sur internet, vous êtes face à de la publicité mensongère. La loi interdit que les réductions de prix annoncées ne soient pas appliquées.

Ce qu’il vous reste à faire : faire attention aux réductions pratiquées et  distinguer les articles soldés de ceux non soldés.

Tromperie 3 : marchandise low cost

Arnaque très courante, le commerçant met en vente des produits low-cost, ou provenant d’anciennes collections ou spécialement destinés aux soldes et mis en vente avant le début de l’opération commerciale. Ceci constitue une tromperie caractérisée envers le consommateur.

Ce qu’il vous reste à faire : vérifiez que le vendeur présente des stocks dont les exemplaires ont été proposés à la vente depuis au moins un mois avant la date de début des soldes. Idem pour la vente en ligne.

Tromperie 4 : articles ni repris, ni échangés

En période de soldes, l’échange ou le retour d’un article est le plus souvent refusé. Sachez cependant qu’un article soldé bénéficie des mêmes garanties que tout autre article. Gare à la  mention «ni repris, ni échangé» qui peut être abusive.

Ce qu’il faut faire : en cas de vice caché, le vendeur est dans l’obligation de remplacer ou rembourser l’article, et  d’appliquer toute disposition relative à l’échange ou au remboursement dont il a fait la publicité; dans le cas contraire, il peut être accusé de publicité mensongère.

Sans vice caché manifeste, le vendeur n’est pas soumis à cette obligation de reprise ou d’échange, mais il peut effectuer un geste commercial. Enfin, pour les achats effectués sur internet ou pour le démarchage à distance, il est possible de retourner un article pour échange ou remboursement sans pénalité, dans un délai de 14 jours à compter de la livraison, et ce, même en période de soldes. Pourquoi  s’en priver?

en collaboration avec le guide pratique April, destiné aux  consommateurs afin de leur donner les clés pour éviter les pièges pouvant survenir lors des soldes.