Stress, insomnie : le ronronnement du chat serait aussi efficace qu’un médicament

Le ronron du chat permettrait de calmer le stress et de mieux lutter contre l’insomnie. Il pourrait même être aussi performant qu’un médicament.

0
13446
Le ronronnement du chat transmettrait des pensées positives et de bien-être à notre cerveau. ©ThinkStock

Il laisse ses poils un peu partout dans la maison, fait ses griffes sur le canapé. Le chat peut être source de tracas mais aussi un excellent allié ! Selon un vétérinaire de Toulouse, le ronronnement de l’animal apaiserait l’être humain et pourrait même remplacer certains anxiolytiques.

Le ronron du chat, mieux qu’un médicament ?

Interrogé par l’AFP, Jean-Yves Gauchet, vétérinaire à Toulouse, est convaincu de l’efficacité de la « ronron thérapie ». Il affirme que le ronronnement d’un chat agit comme « un médicament, sans effet secondaire ».

Premier constat : chez le félin, ronronner est un signe de quiétude. « C’est le premier signal que la mère envoie à son petit, un appel de reconnaissance et d’apaisement qui fonctionne aussi avec l’homme », assure le vétérinaire.

En émettant des fréquences basses (entre 20 et 50 hertz), le ronron du chat transmettrait « des pensées positives et de bien-être (…) à notre cerveau », poursuit le spécialiste.

Grâce au ronronnement, le chat cicatriserait mieux que les autres animaux

Véronique Aïache, auteur de La ronron thérapie (éditions Guy Trédaniel), explique à l’AFP que le ronronnement est un « puissant antistress [et un] soutien psychomoteur ». Ainsi, il permettrait, selon elle, de réguler « la tension artérielle et [de booster certaines] défenses immunitaires ». Elle souligne, par ailleurs, qu’ « à fracture égale, le chat se rétablit trois fois plus vite que tout autre animal. Les vibrations émises par le ronronnement ont d’ailleurs été reproduites par des kinésithérapeutes pour accélérer la cicatrisation osseuse ».

Lire aussi : Les photos de chats mignons aident l’homme à se concentrer

Le ronron du chat aurait donc un impact positif sur notre état psychique. C’est ce que constate, d’une manière plus concrète, Bruno Hardy, cadre de santé dans une maison de retraite à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) : « Une de nos clientes souffre d’un trouble du comportement et seule la présence de son chat l’apaise, il l’aide à l’endormissement », explique-t-il (AFP).

Preuve que cette analyse n’est pas une fantaisie française, des bars à chats auraient été mis en place au Japon pour permettre aux anxieux de venir se détresser en caressant l’animal, autour d’une tasse de thé.

 

VIDÉO – La ronron thérapie, mode d’emploi, par Véronique Aïache (© éditions Trédaniel) :

Damien Rigat