Suisse : les salariés français jugés « paresseux » et « arrogants »

Selon le quotidien Le Matin Dimanche, certaines entreprises suisses feraient tout pour ne pas embaucher des salariés français. Dans le pays, les habitants de l'Hexagone seraient perçus comme des gens « paresseux » et « arrogants ».

0
1096
De plus en plus d'entreprises suisses exigent que leurs employés soient "Suisses et résidents suisses" pour ne pas à avoir à engager de Français ©ThinkStock

Certains employeurs suisses feraient tout pour éviter d’embaucher des salariés français. Selon le journal Le Matin Dimanche, de nombreuses annonces d’offre d’emploi stipulent que le candidat doit être « Suisse et résident suisse » pour postuler, cela dans le simple but de ne pas engager… des Français, jugés « paresseux » et « arrogants ».

Le quotidien rapporte l’exemple d’une PME active dans le secteur de la construction. Après plusieurs mauvaises expériences, l’entreprise refuse d’embaucher les habitants de l’Hexagone. « Les Français embauchés étaient souvent malades le lundi et le vendredi », se plaint la responsable du recrutement. « Il y a toujours un problème. » Au contraire, « les Espagnols et les Portugais » seraient beaucoup plus efficaces.

Embauche en Suisse : un niveau d’allemand parfait

Et d’après Le Matin Dimanche, cette PME ne serait pas une exception. Le journal explique d’ailleurs que le secteur de la banque et de la finance pratique régulièrement la discrimination à l’embauche, mais pour d’autres raisons. Exemple ? Une banque genevoise refuserait d’embaucher des Français par peur « d’engager des Falciani ou des Condamin-Gerbier en puissance », le second étant actuellement en prison à Berne pour son témoignage dans l’affaire Cahuzac.

Pourtant, ces pratiques sont contraires à l’accord de libre circulation signé en 1999 avec l’Union européenne, qui entérine le principe de l’égalité de traitement entre les ressortissants de l’Union et les Suisses. Alors, pour ne pas afficher clairement leurs intentions, certaines entreprises jouent sur les critères de recrutement en exigeant, par exemple, un niveau d’allemand parfait, même lorsque la maîtrise de cette langue n’est pas nécessaire pour le poste. Ainsi, la plupart des Français ne songent même pas à postuler.

Mathilde Bourge