Tara : le voilier part en mission vers l’océan Arctique

Tara a quitté la Bretagne dimanche pour un voyage de 25 000 kilomètres vers l’océan Arctique. L’équipe de scientifique à bord du voilier devra poursuivre la collecte du plancton débutée lors de la mission 2009-2012.

0
1690
L'expédition « Tara Oceans Polar Circle » fait suite à une mission orchestrée entre 2009 et 2012 dans les quatre autres océans du monde. - Photo : pôle Nord - Crédit : Caters News Agency ©Sipa

Tara Oceans Polar Circle est le nom de la mission lancée dimanche par une équipe de biologistes et d’océanographes. Aux alentours de 15 heures, le bateau scientifique baptisé Tara est parti de Lorient (Morbihan) pour rejoindre l’océan Arctique. Au programme : deux cent deux jours de navigations, soit 25 000 kilomètres de parcours. Une cinquantaine de personnes sont mobilisées pour cette mission. Quinze stations scientifiques ont été mises en place sur les bords de la banquise.

Tara : les scientifiques vont poursuivre la collecte du plancton

Ce périple fait suite à une mission orchestrée entre 2009 et 2012 dans les quatre autres océans du monde. L’équipage du voilier devra, entre autres, poursuivre la collecte et l‘étude du plancton. « En fournissant des données de référence sur l’état écologique des eaux, notre mission doit contribuer à l’effort international d’étude de l’écosystème arctique, avant un probable changement de régime climatique », précise à Étienne Bourgois, président de Tara Expéditions (Ouest-France).

Les scientifiques devront également relever les taux de mercure présents dans l’atmosphère et dans la mer et analyser le plastique dérivant.

Lire aussi : L’Antarctique se réchauffe deux fois plus vite que prévu

La mission est notamment soutenue par le CNRS, le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies renouvelables (CEA) et Agnès B, propriétaire du navire depuis 2003.

Tara a été conçu pour résister à ce type de grande expédition mais son capitaine, Loïc Valette, reste prudent. « La fenêtre de passage avant que la glace ne se referme est courte… Il ne s’agit pas de se faire bloquer. Et là-haut, on est isolé de tout. »

Lire aussi : World Wonders Project, visitez l’Antarctique depuis votre canapé !

Damien Rigat