Terre : un nouvel âge de glace dans 15 ans ?

Selon la Royal Astronomical Society, la Terre pourrait connaitre une nouvelle période glaciaire d’ici 15 ans. En cause, la baisse de l’activité du Soleil.

0
5826
Ces conclusions s’appuient sur un nouveau modèle des cycles solaires qui donne des prévisions sur l’activité de l’Étoile, qui sont « sans précédents ». ©ShutterStock

Ce n’est ni un remake de Game of Thrones – Winter is coming – ni le nouvel opus du film d’animation L’âge de Glace. Il s’agit ici d’une réelle étude, dont les conclusions sont dites « sûres à 97 % ». Selon des travaux publiés dans la revue Royal Astronomical Society, la Terre pourrait connaitre une nouvelle ère glaciaire d’ici une quinzaine d’année.

Ces conclusions s’appuient sur un nouveau modèle des cycles solaires qui donne des prévisions sur l’activité de l’Étoile, qui sont « sans précédents ». La raison évoquée ? Les « mouvements de fluides » à l’intérieur du Soleil vont s’annuler pendant un cycle. A en croire les scientifiques, lors du cycle 26 du Soleil, c’est-à-dire la période qui s’étend de 2030 à 2040, l’activité solaire pourrait diminuer de 60 % et plonger la Terre dans un mini-âge glaciaire.

Âge de glace : ralentissement des activités humaines

Valentina Zharkova, professeur à la Northumbira University, au Royaume-Uni, explique que les propriétés seront celles d’un « minimum de Maunder ». Cette appellation, utilisée en astronomie, correspond à un déficit du nombre de taches solaires, que l’on attribue à la période entre 1645 et 1715, quand l’hémisphère Nord du globe connu un froid glacial, gelant des fleuves comme la Tamise.

La Terre pourrait donc à nouveau connaître ce que l’on a appelé autrefois un « Petit âge glaciaire ». Celui-ci correspond concrètement à un « léger » refroidissement climatique — de l’ordre de moins de 1°C. Cette diminution peut paraître faible, mais elle était suffisante pour provoquer des hivers rigoureux et ralentir les activités humaines.

Si aujourd’hui, la diminution de l’activité solaire est donnée pour expliquer cet âge de glace, plusieurs théories avaient avancé l’hypothèse de l’activité violente de plusieurs volcans.

Lire aussi : Antarctique : le glacier Pin fond trop vite
Lire aussi : Le Mont-Blanc a perdu 42 centimètres en deux ans

Joséphine Terreissa