Toutes les étapes liées à l’IVG seront remboursées à 100%

La nouvelle est tombée ce mardi 8 mars, journée internationale des droits des femmes : l'arrêté concernant le remboursement total des actes liés à l'interruption volontaire de grossesse a été publié au Journal Officiel.

0
676
Toutes les étapes liées à l'IVG seront remboursées à 100% ©ShutterStock

Elle l’avait promis en janvier lors d’une visite d’un centre parisien du Planning familial. Marisol Touraine a choisi la Journée internationale des droits des femmes pour annoncer que la prise en charge des femmes ayant recours à l’IVG sera assurée à 100%. L’arrêté vient d’être publié au Journal Officiel ce mardi 8 mars. Toutes les étapes nécessaires à l’IVG seront désormais remboursées. Cette mesure, intégrée à la loi de modernisation du système de santé, votée en décembre dernier, entrera en vigueur à partir du 1er avril 2016.

Le parcours pour réaliser une IVG est long et coûteux

Depuis 2013, seul l’acte de l’IVG était remboursé, sans prendre en compte les étapes préliminaires et postérieures à l’opération. Car comme l’a précisé la ministre au site Metronews, « l’IVG, ce n’est pas simplement l’acte en lui-même, ce sont aussi les consultations associées comme les examens, les échographies… ». La prise en charge s’étend effectivement sur une longue durée, et les étapes sont nombreuses. Les femmes doivent se rendre à pas moins de 4 consultations durant le processus, au cours desquelles des examens afin de confirmer la grossesse seront réalisés, une confirmation écrite du désir d’IVG sera demandée, des aides à la contraception seront proposées… S’ajoutent à cela des examens de biologie médicale et des échographies. Tout cela constituait un long processus qui pouvait s’avérer coûteux pour les patientes.

L’arrêté publié ce mardi 8 mars veillera donc à soulager financièrement les patientes grâce au remboursement par la Sécurité sociale de toutes ces étapes nécessaires.

Un plan plus large

Cette annonce s’inscrit dans un plan plus large qui vise à améliorer l’accès à l’IVG en France. L’une des priorités de la ministre de la Santé sera de « garantir l’accès géographique à l’IVG » sur tout le territoire.  Parmi les autres mesures que comporte ce plan, on trouve l’autorisation pour les sages-femmes de réaliser des IVG médicamenteuses. Les médecins en centre de santé pourront proposer l’IVG chirurgicale comme alternative à l’IVG médicamenteuse, comme le rapporte le Huffington Post. Cela renforcera l’offre de proximité et laissera plus de choix aux femmes.

Un numéro vert, le 0 800 08 11 11, a été mis en place en septembre pour écouter et conseiller les femmes désirant recourir à l’IVG. Il complète la campagne nationale d’information mise en place par le gouvernement, qui prévoit aussi de lutter contre les sites anti-IVG, pour la plupart mieux référencés sur Internet par rapport au site officiel du gouvernement, ivg.social-sante.gouv.fr.

Par ailleurs, le délai de réflexion de 7 jours a été supprimé. Cela faisait suite au reproche selon lequel ce délai pousse les femmes à culpabiliser et, peut-être, à s’obliger à renoncer à l’interruption.

Le remboursement à 100% du processus de l’IVG, ainsi que les autres mesures du programme mis en œuvre, arrivent 40 ans après la loi Veil.

Lire aussi : La pension de réversion ouverte aux couples mariés de même sexe

Noémie Koskas