TVA à 21,2% : quelles conséquences ?

Annonce attendue et phare de lors de l'intervention hier soir du chef de l'Etat Nicolas Sarkozy : l'augmentation de la TVA de 1,6%. Mais sur quels produits avec quelles conséquences pour nos porte-monnaie ?

0
5283
Nicolas Sarkozy annonce une augmentation du taux de la TVA ©DR

C’est sans surprise réelle que le Nicolas Sarkozy annonçait hier soir dans son allocution télévisée une augmentation du taux de la TVA qui passera ainsi, après validation par le parlement, de 19,6% à 21,2%. Les autres taux de TVA, de 2,1% (presse et médicaments), 5,5% (taux généralement appliqué sur les produits alimentaires hors produits de luxe et hors alcool) et 7% (concernant la restauration, les travaux…) ne sont pas concernés par cette augmentation et demeureront inchangés.

Hausse TVA : quels produits concernés ?

La TVA actuellement à 19,6% concerne quant à elle les produits manufacturés dits « à fortes valeur ajoutée ». Vous pouvez donc glisser dans cette catégorie, votre téléviseur HD, vos chaussures, votre voiture, vos consoles de jeux mais aussi vos vêtements, etc. Ce sont donc ces articles qui seront concernés par l’augmentation de la TVA à compter du 1er octobre prochain selon le calendrier dévoilé hier par le chef de l’état.

Cette hausse d’impôt indirect a pour vocation d’alléger les charges sociales patronales et de permettre, en théorie du moins, aux entreprises françaises de gagner en compétitivité et donc de préserver, voire développer l’emploi. Dans certains cas, les cotisations sociales payées par l’employeur finançant la branche famille de la Sécurité Sociale pourront disparaître. L’enjeu de cette augmentation de la TVA est donc clair : faire baisser en France le coût du travail.

Augmentation de la CSG : pour qui ?

Dans un même temps, la CSG sur les revenus du patrimoine augmentera pour une taxation sur les revenus du capital qui atteindra 15,5% au total (dont 10,2 points de CGS et 0,5 de CRDS ou Contribution au remboursement de la dette sociale). Sont concernés par cette augmentation des taxes les revenus fonciers (loyers), intérêts des actions et obligations, dividendes, assurance-vie, plus-values immobilières… Les livrets d’épargnes, Livret A en tête, ne seront quant à eux pas concernés par la mesure. Cette hausse de la CGS financera aussi une baisse des cotisations sociales payées par les employeurs.

Vers une hausse des prix ?

Nicolas Sarkozy considérait hier soir que cette augmentation de la TVA n’aura pas forcément pour conséquence une « augmentation des prix ». Le chef de l’état croit en effet que « la concurrence (est) telle » le risque de flambée des prix « n’existe pas ». De plus, cette mesure entrant en action à partir du 1er octobre prochain, le Président estime que ce délai permettra à ceux qui en ont le désir d’anticiper d’éventuels achats importants. Pour parler clairement : si vous hésitez encore à changer votre téléviseur pour un nouveau modèle HD LED 3D, peut-être faudrait-il y songer avant cette date fatidique du 1er octobre…

Des consommateurs qui devront être vigilants

On peut toutefois être sérieusement sceptique sur cette absence supposée d’augmentation des prix. La hausse de la TVA servira très clairement de prétexte à de très nombreux industriels pour justifier des hausses de tarifs. Et comment être certain que cette augmentation ne sera « que » de 1,6% ? Tout le monde ne fait pas ses achats un calculatrice à la main. Sur une paire de chaussure vendue 34,30 euros, l’augmentation de la TVA ajouterait 55 centimes et votre paire de chaussure passerait ainsi à 34,85 euros. On imagine que certains commerçants prendront la peine d’arrondir ce chiffre à 34,99 euros… pour une augmentation par conséquence supérieure à ce 1,6%.

La pilule « augmentation de la TVA » pourrait alors avoir clairement du mal à passer pour le consommateurs.

La Rédaction