Un bébé opéré dans le ventre de sa mère en France

Pour la première fois en France, un bébé atteint de spina bifida a été opéré directement dans le ventre de sa mère. Une intervention réussie qui - les médecins l'assurent - va changer sa vie.

0
1130
Le spina bifida est dépisté dans 90 % des cas au cours de la grossesse. ©ShutterStock

C’est une première en France : un bébé a été opéré in utero d’une malformation congénitale appelée spina bifida par des chirurgiens des hôpitaux Necker et Trousseau (Paris), ont annoncé, mardi 18 novembre, des spécialistes du groupe hospitalier Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). L’intervention s’est déroulée en juillet dernier et la petite fille est née par césarienne, au huitième mois de grossesse, le 9 novembre. La mère et l’enfant se porte bien. Une grande réussite pour ces médecins français, ce type d’opération, très pointue, n’étant pratiquée que dans une dizaine d’établissements à travers le monde !

Qu’appelle-t-on spina bifida ?

Le spina bifida est un défaut de fermeture de plusieurs vertèbres au bas de la colonne vertébrale, laissant la moelle épinière et ses racines nerveuses sans protection. Il s’agit de la plus fréquente des malformations congénitales (elle toucherait 1 bébé sur 1000), dépistée dans 90 % des cas au cours de la grossesse. Ses conséquences sont très lourdes pour l’enfant à naître : paralysie des membres, incontinence, hydrocéphalie, perte de coordination des mains, de la vue, de l’ouïe…

Très souvent, les parents choisissent de procéder à une interruption médicale de grossesse quand ils apprennent que leur bébé est atteint de spina bifida. En France, environ quarante naissent, chaque année, avec cette malformation. Le succès de cette opération laisse présager de grands espoirs pour les futures familles concernées.

Comment s’est déroulée l’opération du bébé in utero ?

L’opération in utero, qui a duré 2 heures, a été réalisée sous anesthésie générale au cinquième mois de grossesse. Elle a consisté « à recouvrir la moelle épinière extériorisée en réparant par une suture l’enveloppe qui normalement la recouvre, puis à suturer ensuite la peau du bébé », a expliqué le Pr Jean-Marie Jouannic de l’hôpital parisien Armand Trousseau.

Quel avenir pour le bébé opéré in utero ?

Selon le chirurgien, les bénéfices d’une intervention in utero sont plus importants, comparé à une prise en charge après la naissance. L’enfant n’est pas guéri de sa malformation, mais l’opération lui changera la vie… « Dans les dix jours suivant l’opération, les anomalies cérébrales dues à la malformation se sont totalement corrigées. C’est énorme d’avoir pu protéger le cerveau de cette petite fille pour permettre ses apprentissages futurs », s’est-il réjouit.

Quels étaient les risques d’une telle opération ?

Toute intervention chirurgicale sur un fœtus dans le ventre de sa mère entraîne un risque d’accouchement prématuré et impose une naissance par césarienne.

Julie Toury