Un chômeur se construit une maison à 1,4 milliard d’euros

Révolté contre le monde de la finance depuis la crise de 2007, un artiste irlandais a eu la drôle d’idée de bâtir son propre appartement avec des restes de billets.

0
6947
billets d'euros ©ThinkStock

La maison de Franck Buckley recèle bien 1,4 milliard d’euros dans ses murs, mais n’en vaut pas autant… Victime de la crise de 2007, ruinant son mariage et l’endettant jusqu’au cou, cet artiste irlandais au chômage a imaginé un appartement construit avec des briques de confettis de billets d’euros. Avec cette œuvre (d’art ?), il a voulu dénoncé « la folie dévastatrice et la bulle immobilière » provoquée, selon lui, par la monnaie unique.

Franck Buckley s’est procuré les restes de billets nécessaires à la construction de ses murs auprès de la Monnaie irlandaise, l’équivalent de la Banque de France. Il habite aujourd’hui son « appart à 1 milliard », situé à Dublin, dans un immeuble de bureaux inoccupé depuis 4 ans. « C’est le reflet de toute la folie qui s’est emparée de nous. Les gens ont investi des milliards dans la construction d’immeubles qui ne valent plus rien aujourd’hui », se désole-t-il.

Pour le moment, le logement ne comprend qu’une entrée et un salon, mais F. Buckley compte très vite aménager une cuisine. Et quand on lui demande pourquoi il dort sans couvertures, il assure que « quoi qu’on dise de l’euro, c’est un bon isolant ».

Julie Toury