Un moteur pour aller sur Mars en seulement 39 jours ?

La Nasa participe au développement d'un moteur permettant de réduire la durée d'un vol éventuel vers Mars. Le voyage pourrait ainsi être limité à trente-neuf jours au lieu de sept mois et les astronautes seraient en mesure de revenir sur Terre.

0
1215
Le moteur financé par la Nasa permettrait d'aller sur Mars en une trentaine de jours mais il nécessiterait le recours à un réacteur nucléaire. - crédit photo : Esteban De Armas ©ShutterStock

Après avoir touché la Lune, l’Homme rêve depuis des années de poser un jour un pied sur le sol martien. Actuellement, la Nasa observe de près la planète rouge par le biais de son robot Curiosity et la société Mars One poursuit son projet fou : envoyer des êtres humains sur Mars en 2026. Reste un problème de taille : aucune machine n’est aujourd’hui capable de réaliser un tel périple et, techniquement, il serait impossible de faire redécoller un vaisseau de la planète rouge.

Mais la recherche avance et des solutions commencent à se profiler. L’agence spatiale américaine vient d’annoncer qu’elle avait investi 10 millions de dollars (environ 9,2 millions d’euros) pour le développement d’un moteur à plasma permettant d’envoyer des Hommes vers Mars en seulement trente-neuf jours. Jusqu’ici, les experts estimaient à environ sept mois la durée d’un tel périple.

Objectif Mars : le projet Vasimir a été lancé il y a plus de trente ans

Dans un communiqué diffusé le 30 mars (en anglais), la Nasa expose les modalités de son programme NEXTStep (Next Space Technologies for Exploration Partnerships) visant à apporter un soutien financier à douze entreprises travaillant sur des technologies relatives à l’exploration spatiale. Parmi elle, la société Ad Astra Rocket Company (AARC), qui a imaginé le fameux moteur.

Cette innovation, on la doit précisément à Franklin R. Chang-Diaz, un ancien astronaute et physicien, fondateur de l’AARC. Depuis 1979, il travaille avec son équipe sur l’élaboration d’un engin ultra performant baptisé « Vasimir » (Variable specific impulse magnetoplasma rocket). « La fusée Vasimir ne sert pas à lancer des choses dans l’espace ou à les faire revenir sur Terre mais plutôt à propulser des choses qui y sont déjà », précise-t-il au Huffington Post américain.

Vasimir : un moteur ultra performant et peu coûteux mais…

Le fonctionnement du moteur repose sur la technologie de l’électroplasma. Le procédé permettrait non seulement de réduire la durée du vol mais aussi de réaliser des économies. 320 grammes de gaz suffiraient à sa conception alors qu’il faut environ 7 tonnes de combustibles pour les modèles actuellement envisagés.

L’ennui, cependant, c’est que ce projet nécessite le recours à un réacteur nucléaire en mesure de produire une quantité très importante d’énergie. Un point qui pourrait sérieusement freiner l’avancée du projet.

Lire aussi :

Voyage sur Mars : 68 jours avant l’asphyxie

ISS : une mission d’un an pour se préparer à un voyage sur Mars

Cécile David