Un robot poulpe comme chirurgien ?

La revue Bioinspiration & Biomimetics a publié le 13 mai une étude sur un bras robotique capable de changer de forme et de solidité, comme un poulpe. Ce robot pourrait aider les chirurgiens lors d’opérations.

0
1498
La prouesse scientifique du jour : un robot poulpe ! ©ShutterStock

« La pieuvre n’a pas de squelette et adapte la forme de son corps à son environnement », ce constat simple de Tommaso Ranzani, ingénieur en biorobotique à l’École supérieur de Sainte-Anne de Pise (Italie), a engendré une invention atypique. Selon la revue Bioinspiration & Biomimetics, qui a publié ses résultats le mercredi 13 mai, Tommaso Ranzani et son équipe ont créé un bras mécanique directement inspiré du poulpe. Ce robot serait capable de changer de forme et de rigidité comme le prédateur invertébré. Son rôle serait d’aider les chirurgiens durant une opération.

Cette machine est composée de deux modules identiques reliés entre eux. Ces derniers contiennent trois chambres cylindriques indépendantes c’est-à-dire qu’elles peuvent être utilisées en même temps ou séparément. L’utilisation d’un cylindre permet de diriger l’appareil alors que deux cylindres donnent une courbure multidirectionnelle. Enfin, si les trois cylindres sont sollicités au même moment, cela rallonge le bras mécanique. Sa longueur initiale peut ainsi augmenter de plus de 62 %, et se courber à un angle de 255 degrés.

Les modules comportent également des tubes : l’un se remplit d’un fluide granulaire pour solidifier la machine alors que les trois autres se gorgent d’un liquide pour le rendre flexible. Le robot est alors capable d’augmenter sa rigidité de 60 à 200 % en l’espace d’un instant.

Un poulpe pour une chirurgie mini-invasive

Les capacités de ce bras mécanique auraient de multiples avantages pour la médecine. Par exemple, les chirurgiens pourraient atteindre plus facilement des organes ou des parties du corps difficiles d’accès en temps normal. Le robot poulpe est aussi multitâche car il peut tenir un organe tout en réalisant une opération sur un autre organe à un autre endroit.

Cette dernière aptitude est une des caractéristiques qui permettrait de réaliser des opérations moins invasives. En effet, durant une intervention les médecins utilisent de nombreux instruments et peuvent réaliser beaucoup d’incisions. Tommaso Ranzani a expliqué à l’AFP le 14 mai que son « robot est le premier pas vers la création d’un instrument unique capable d’effectuer toutes ces tâches tout en sécurisant les organes ». La chirurgie deviendrait ainsi moins lourde pour les patients comme pour les praticiens.

Le robot poulpe annoncerait-il une ère où les médecins seraient de plus en plus en retrait par rapport aux machines ?

Lire aussi :

Google réinvente le robot chirurgical

Rennes : un chirurgien opère avec des Google Glass

 

Pour vous donner une idée, voici une vidéo d’un prototype de ce robot poulpe :
Italian scientists create soft-bodied robotic… par MaricelaDavies

Yuna Boudré