Un village remplace les éboueurs par… des poules !

Le village de Pincé, dans la Sarthe, compte offrir des poules aux habitants volontaires pour « picorer » les déchets. Une initiative écologique et économique.

0
5762
Un village remplace les éboueurs par... des poules ! ©ThinkStock

Le petit village de Pincé, dans la Sarthe, a trouvé une solution originale pour réduire la taxe de ramassage et de traitement des déchets de ses quelques 200 habitants : offrir à chaque foyer un couple de poules pondeuses ! Ces gallinacés seront chargés de picorer les épluchures de légumes et autres restes de repas afin de réduire le volume des ordures et, par conséquent, la charge de travail des éboueurs. Seuls les habitants « volontaires » accueilleront des poules dans leur jardin. En plus de gagner du temps en n’étant plus obligés de sortir leurs poubelles, ils pourront aussi récolter des œufs extra-frais. « C’est écologique, mais aussi économique : alors que les nouvelles normes sanitaires dans les élevages ont fait augmenter les prix des œufs, cela permettra d’en avoir entre 5 et 600 gratuitement par an », s’enthousiasme Lydie Pasteau, maire du village.

Effectivement, l’idée d’avoir, dans son jardin, des poules qui vident les poubelles et offrent des œufs, est plutôt séduisante… Mais que faire de ces volailles quand on part en vacances ? « De la même manière que vos voisins s’occupent déjà du chien et du chat, ils s’occuperont par la même occasion des poules », répond l’élue. Une bonne façon de renforcer les liens entre les habitants et d’encourager l’esprit d’entraide.

Déjà équipée de composteurs pour les déchets « verts », comme les branchages ou l’herbe coupée, la commune de Pincé, située à proximité de la célèbre zone d’élevage des volailles de Loué (tout s’explique!), s’afficherait presque comme un modèle en matière d’écologie. Au mois de mars, la première adjointe, ainsi qu’une conseillère municipale, ont lancé l’idée des poules sur le ton de la plaisanterie. Madame le Maire a pris la chose très au sérieux et entend offrir les premiers gallinacés à ses habitants, dès la rentrée, en septembre !

Julie Toury