Une étoile mystérieuse découverte dans notre galaxie

Du jamais vu selon les astronomes. Une étoile étrange située à 1 500 années lumière de notre planète intrigue les scientifiques. Pourquoi ? Sa luminosité anormale.

0
1363
Télescope Kepler ©Uncredited/AP/SIPA

Depuis quelques jours, la communauté astronomique s’agite. Une étoile mystérieuse a été découverte dans notre galaxie à 1 500 années lumière de la Terre. Peu étonnant jusqu’ici mais pourtant, cette étoile n’est pas comme les autres. Sa luminosité intrigue les astronomes car elle fluctue à des intervalles irréguliers. Des variations de luminosité anormales, encore inconnues, pourraient être le signe d’un phénomène rare ou plus fascinant, le signe d’une origine extra-terrestre, une structure artificielle géante.

Cette étoile baptisée KIC 8462852 a été découverte en 2010 par des passionnés en quête de nouvelles planètes de l’Université de Yale. En utilisant les données recueillies par le télescope Kepler, ils ont remarqué en 2011 que sa luminosité baissait fortement, de 15% à 22%, à des intervalles très irréguliers. Du jamais-vu ! 

« Tirée par les cheveux »

Si certains voient ici une existence possible de vie extra-terrestre, pour Steve Howell, responsable scientifique de la mission du télescope spatial Kepler de la Nasa, cette hypothèse est « tirée par les cheveux », a-t-il souligné à l’AFP. « Nous allons continuer à observer la mystérieuse étoile et finirons plus que probablement par trouver qu’il s’agit d’un phénomène étrange mais bien stellaire. »

Selon Steve Howell, ce phénomène n’est pas nouveau puisqu’une autre étoile dégageait également une étrange lumière. Mais après plusieurs années d’observations, il avait été conclu qu’il s’agissait « d’un système apparemment rare comptant cinq étoiles mais en aucun cas de structures artificielles ».

Pour en avoir le cœur net, les astronomes ont contacté le SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence Research Center) de l’Université de Californie à Berkley. Ils pourront utiliser de puissants radiotélescopes pour tenter de capter des ondes radio qui peuvent être le signe de technologies avancées.

Lire aussi :

Il y a bien de l’eau sur Mars

– Kepler 452b : cousine la plus proche de la Terre

Justine Dupuy