Vêtements : comment réaliser de bonnes affaires ?

S’habiller chouette et pas cher, c’est plus que jamais possible. À condition d’oublier les achats plein pot en boutique et de chasser les bonnes affaires. Suivez le guide.

0
2366
Les centres de marques regroupent dans un même lieu différentes boutiques distribuant des articles de la saison précédente à prix dégriffés ©ThinkStock

L’époque où le budget vêtements et chaussures pesait assez lourd sur celui des ménages (de l’ordre de 10 %) est révolue. Depuis 1960, il a été tout simplement divisé par deux. D’une part, parce que d’autres postes de dépenses comme le logement ont explosé, d’autre part parce que les prix sur ce créneau ont augmenté moins vite que l’inflation. S’ajoute à cela le développement massif de l’importation de textile en provenance d’Asie à des prix hyper concurrentiels. Aujourd’hui, le budget mode oscillerait entre quelque 400 et 600 euros par an, en moyenne. Pour réduire encore la facture, il n’y a pas que les soldes. Des ventes privées au recycling, les modes de consommation ont évolué, en partie grâce à Internet, permettant de faire de bonnes affaires toute l’année !

Surveillez les ventes privées

Elles se sont multipliées tant dans des lofts ou entrepôts que sur Internet. Le principe des ventes dites privées ou privilégiées est d’écouler le stock des enseignes classiques et des grandes marques de collections en cours ou de la saison précédente, 30 à 70 % moins cher que le prix boutique. Des acteurs spécialisés comme Adèle Sand et Voltaire ou encore Espace NGR organisent ainsi, sur quelques jours, des ventes autour d’une marque comme Vanessa Bruno, Tara Jarmon ou encore Gérard Darel. Pour y avoir accès, il faut être parrainé, cotiser ou simplement demander à figurer sur le fichier client. Habillez-vous de façon à pouvoir essayer en public, car il n’y a pas forcément de cabine d’essayage. Les marques elles-mêmes, de Sandro à Cache-Cache, organisent des soldes privés, en dehors des dates officielles des soldes. Elles préviennent leurs clientes par SMS. Laissez donc vos coordonnées dans les boutiques que vous affectionnez. Sur le Net, inscrivez-vous sur ventesprivées.com, le leader du secteur, showroomprive.com ou encore bazarchic.com. À noter que le prix de départ est rarement affiché. C’est légal, puisqu’il ne s’agit pas de soldes, mais cela impose de bien connaître les prix pratiqués en temps normal !

Pensez aux vêtements d’occasion

Le vêtement d’occasion n’est plus la seule affaire d’un public branché adepte du rétro ou de personnes en situation difficile. Depuis l’arrivée d’eBay, tout le monde ou presque s’y est mis. On y trouve le meilleur comme le pire, à chacun de faire le tri. Des sites strictement réservés à la mode sont venus enrichir l’offre : on surfe aussi donc sur vestiairecollective.com ou videdressing.com. On chine aussi en live, dans les dépôts-ventes bien sûr, dont certains comme Violette et Léonie à Paris sont clairement haut de gamme, mais aussi dans les espaces Emmaüs qui font de vrais efforts de présentation en créant des rayons thématiques comme « vintage » ou « Parisiennes chics ». Les Franciliennes ont de la chance, elles peuvent combiner bonne action et bonnes affaires en se rendant chez Bis boutique solidaire, qui collecte des vêtements d’occasion et les sélectionne, le tout avec des travailleurs en insertion sociale.

Louez des vêtements d’exception

On connaissait la location de smoking pour ces messieurs, de vêtements de ski pour les sportifs, on peut compter désormais aussi sur la location de robes de soirée, de cocktail ou de gala. Une tendance qui se développe. Et pour cause. Les tenues de soirée figurent parmi les articles les plus chers de nos garde-robes et ce sont ceux que l’on porte le moins. Bien sûr, il est toujours possible d’avoir une seule belle pièce que l’on ressort à chaque grande occasion. À condition, primo de rentrer toujours dedans, et secundo de ne pas croiser toujours les mêmes personnes dans ces fameux pince-fesses. Alors on loue. Où ? Dans des boutiques spécialisées installées dans de nombreuses grandes villes, ou encore des sites Web comme mabonneamie.com ou mondressing.fr. On ressort par exemple avec une robe Lanvin entièrement brodée pour 155 euros ou une robe Miu-Miu collection Arlequin à 125 euros. Certes, c’est une somme, mais la même tenue d’occasion coûte la bagatelle de 300 euros. Le prix inclut le pressing, mais les retouches sont facturées en plus. Une option à examiner avant d’acheter !

Courez les centres de marques

La production textile étant de plus en plus délocalisée, les magasins d’usines de grandes marques où les prix sont cassés se font de plus en plus rares. Reste les centres de marques encore appelés villages de marques, qui regroupent dans un même lieu différentes boutiques distribuant des articles de la saison précédente à prix dégriffés. Quai des marques, Marques Avenue, Usine center, Mac Arthur Glen ou encore La Vallée village bradent ainsi des marques comme Comptoir des cotonniers, Chattawak, Ventilo, Gérard Darel, Aigle, Simone Pérèle, ou plus haut de gamme comme Bompard, Kenzo ou Jimmy Choo. Dans une ville comme Troyes, pas moins d’une quarantaine de boutiques en tout, réparties sur trois sites. Les articles écoulés étant en moyenne à moins 30 %, ils ne sont pas toujours moins chers que les produits soldés à moins 50 % en boutiques traditionnelles. Le vrai bon plan ? Acheter dans les centres de marques pendant les soldes, car les prix dégringolent !

Optez pour les collections capsules

Le terme existe depuis les années 60, mais le phénomène s’est développé depuis les années 2000. Les collections capsules désignent la création d’une ligne de vêtements ou de chaussures dessinée par des maîtres de la haute couture ou des créateurs, mais confectionnée par des marques grand public. Ces collections sont distribuées pendant une courte période à des prix nettement plus abordables que ceux pratiqués par les grands couturiers. L’enseigne H&M est coutumière du fait avec ses collections capsules signées Karl Lagerfeld, Victor & Rolf, Jimmy Choo, Martin Margiela ou encore Isabel Marant. Tout comme les chaussures André qui ont fait travailler des personnalités de la mode comme Karine Arabian ou Agnès B. De quoi s’offrir de belles pièces, à condition d’avoir la patience suffisante pour faire face aux émeutes que suscitent ces temps forts de la mode !

Sur le même sujet : 

Budget familial : l’habillement moins cher

Vêtements, maison, jouets… tout se troque sur Internet !

Louer son jean (ou comment jouer sur le recyclage pour vendre)

Alexandra Da Rocha